Année A | blanc | Méditation | Saint Jean

Se nourrir du Corps et du Sang du Christ

Vendredi, 1 mai 2020

Saint Joseph, travailleur

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 6, 52-59

En ce temps-là, les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. » Voilà ce que Jésus a dit alors qu’il enseignait à la synagogue de Capharnaüm.

Prière

« Père saint, nourris-nous de l’Incarnation de ton Fils : les choses merveilleuses qu’il a opérées, prêchées, endurées. Moi donc, Père, l’un de vos enfants, bien que d’ailleurs indigne, grand par les années, mais très petit en mérites, affamé et besogneux, je te demande de me nourrir. Me voici bien affamé, ô notre Père ; daignez donc, Père saint, ouvrir les entrailles de votre miséricorde. » (Adaptée d’une prière de saint François de Sales, Dieu et ses poètes, Pierre Haïat, Desclée de Brouwer, 1987)

Demande

Seigneur, que je découvre la façon dont tu me nourris de ton Corps et de ton Sang aujourd’hui.

Reflexion

  1. Seigneur, si je ne mange pas ta Chair et je ne bois pas ton Sang, alors tu n’es pas en moi ?
    Nous avons maintenant rejoint tant de personnes qui vivent un long jeûne eucharistique : ceux qui ne peuvent pas s’approcher des sacrements à cause de la distance géographique, emprisonnement dans des pays sans liberté religieuse, manque de connaissances ou conditions nécessaires, maladie… Dieu ne pourrait pas les priver de sa présence dans leur vie, tout comme il ne nous prive pas de sa présence dans notre existence. Le Seigneur ne se limite pas à une seule manière de nous nourrir de sa Chair et de son Sang. Il nous aime, et quel Père pourrait être témoin de la faim et de la soif de ses enfants sans leur donner à manger ?
  2. Je ne puis recevoir la sainte communion aussi souvent que je le désire.
    Notre question s’élargit alors : « Seigneur, comment me nourrir de ta vie aujourd’hui si je ne peux pas te recevoir dans l’Eucharistie ? Thérèse de Lisieux peut nous inspirer. À son époque, la communion se recevait peu fréquemment. C’était la prieure ou le confesseur qui décidait quand elle pouvait recevoir l’Eucharistie. Thérèse écrit dans son acte d’offrande : « Ah ! Je ne puis recevoir la sainte communion aussi souvent que je le désire mais, Seigneur, n’êtes-vous pas le tout-puissant ? Restez en moi comme au tabernacle ; ne vous éloignez jamais de votre petite hostie. » Nous pouvons prier avec elle, entrer dans son désir d’Eucharistie.
  3. Quel désir ?
    Thérèse ne reste pas dans le rêve de l’Eucharistie. Elle s’offre à Dieu comme tabernacle. Jolie tournure de phrase ou audace ? Si nous entrons dans son désir, alors avec une foi inébranlable, elle rappelle à son Seigneur qu’il est tout-puissant ; que les sacrements ne sont pas nécessaires pour qu’il soit présent dans sa vie. Ensuite, elle demande non seulement à être nourrie par son Seigneur, de manger sa Chair pour qu’elle vive de lui mais elle ose aussi demander d’être un tabernacle, le lieu où Dieu se rend présent à ses proches.
    Le Seigneur veut nous nourrir mais pourquoi désirons-nous nous nourrir de lui ? Avec Thérèse, nous pouvons nous offrir à lui pour qu’il vive dans nos choix, nos paroles, nos actes quotidiens.

Dialogue avec le Christ

Reprendre la prière de Thérèse de Lisieux et la formuler avec nos propres mots.
Reprendre l’Évangile et entrer en dialogue avec le Christ dans ce discours, à partir d’une phrase qui m’interpelle, par exemple : « Jésus me dit : Amen, amen, je te le dis : si tu ne manges pas ma chair, et si tu ne bois pas mon sang, tu n’auras pas la vie en toi. Seigneur, comment peux-tu nous donner ta Chair à manger aujourd’hui ? »

Résolution

Si dans ma prière, j’ai senti le besoin d’accroître mon désir d’Eucharistie, faire un acte de communion spirituelle ; ou si ma prière s’est centrée sur le besoin de me nourrir de la Chair et du Sang du Seigneur, chercher un lieu aujourd’hui pour laisser le Christ se rendre présent en moi.

Sarah Cleary, consacrée de Regnum Christi

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés