« Nous avons une double responsabilité »

Soumis par Regnum Christi le mar 02/10/2018 - 02:25
Lettre du P. Valentin Gögele, LC, provincial, aux membres de Regnum Christi au sujet des abus sexuels dans l'Église catholique

Düsseldorf, le 29 septembre 2018

Aux
légionnaires du Christ,
consacrées de Regnum Christi
et tous les membres de Regnum Christi

 

Chers confrères, consacrées et membres de Regnum Christi,

Il y a peu de temps, nous fêtions dans la joie, avec de nombreux membres et amis de Regnum Christi, la profession perpétuelle de Maria Hemm à Ritterhausen (Allemagne), les vœux perpétuels des frères George de La Cotardière, Melchior Poisson, Corentin Jarry, Benoît Terrenoir et Maxime François-Marsal à Jouarre (77) et la première profession temporelle de trois novices à Neuötting-Alzgern (Allemagne). Dieu est bon et nous pouvons lui être très reconnaissants de voir la façon dont il a guidé notre Mouvement à travers tant de tempêtes, ces dernières années.

En ce moment, nous lisons – presque chaque jour dans certains pays – des articles de presse concernant de terribles cas d'abus sexuels au sein de notre Église qui ont lieu au cours des dernières décennies. Le pape François, dans une lettre datée du 20 août dernier et adressée à tout le peuple de Dieu, a particulièrement dénoncé ces crimes, le chagrin et la douleur qu'ils entraînent, mais aussi la complicité des coupables. Souvent, nous lisons aussi des reproches concernant le comportement des pasteurs de l’Église face aux accusations d’abus et envers les prêtres accusés. C’est une source d’inquiétude pour nous. Cela provoque aussi parfois incompréhension, désorientation ou colère.

Il n'y a pas si longtemps, notre communauté a, elle aussi, été confrontée de façon très douloureuse, et stupéfiante pour beaucoup, au comportement profondément immoral ainsi qu'à la double vie de notre fondateur. Nous avons également dû réaliser, qu’il y avait, au sein de notre communauté, des mécanismes qui ont rendu la poursuite des accusations d’abus difficile et qui ont favorisé leur dissimulation. Depuis lors, le fait que notre propre communauté ait provoqué un scandale qui a causé tant de souffrances, de désillusion et d’incompréhension, dans l’Église comme à l’extérieur de l’Église, fait partie de notre histoire et de la vérité sur notre histoire. Aujourd’hui, beaucoup en souffrent encore et notre communauté se trouve toujours sur un chemin de renouveau et de révision. Nous sommes tous appelés à le poursuivre sans relâche.

Ce que notre chère Église vit actuellement peut, dans une certaine mesure, nous rappeler notre propre histoire : « Nous, Légionnaires du Christ et membres de Regnum Christi sommes tous vraiment intimement touchés par la peine et la souffrance qu'entraînent de telles révélations, qui viennent de nos péchés du passé. » C'est ce qu'écrivait à ce propos le P. John Connor, LC (supérieur pour l'Amérique du Nord) dans une lettre datée du 15 septembre dernier et adressée à tous les membres de Regnum Christi.

Qu'est-ce que cela implique pour nous dans notre province ? En tant que communauté, nous pouvons justement comprendre l'horreur, la désillusion, la stupeur mais aussi la colère que tant de personnes ressentent actuellement et qu’elles expriment à cause de ces crimes devenus de notoriété publique. Une fois encore, je voudrais, à ce propos, emprunter quelques lignes de la lettre du P. John qui disait, de façon saisissante à mes yeux, ce qui importe maintenant pour nous : « L'Église connaît une nouvelle crise, et nous devons nous unir à elle (…) Nous aussi connaissons l’espérance que seul le Seigneur ressuscité peut donner dans ces moments-là. L'Église a besoin de cette espérance. Elle a besoin de notre prière, de notre appui, mais, par-dessus tout, de notre témoignage d’une vie de sainteté. »

C'est pourquoi nous avons, aujourd'hui, une double responsabilité :

Conscients que notre propre histoire nous rappelle que nous ne sommes nullement au-dessus de ce qui se passe actuellement dans l'Église, nous avons la responsabilité que nous ne pouvons, la conscience tranquille, nous faire conseiller, avocat ou accusateur en ce qui concerne les abus sexuels ou leur dissimulation. Notre histoire nous a enseigné qu’il est crucial qu’en tant qu’individus et institution, nous mettions en œuvre de manière consciencieuse, durable et conséquente toutes les mesures pour la prévention et le discernement au sein de notre propre communauté qui pourront contribuer à prévenir toute forme de violence sexuelle et d’abus de pouvoir, à poursuivre chaque cas suspect et à demander des comptes à chaque coupable. C’est notre histoire, le bien et la dignité de chaque personne et l’Église qui nous y engagent. Et dans la situation actuelle de l’Église notre premier devoir repose sur cela.

Nous avons aussi à nous sentir responsables pour les hommes qui, en raison de l’ampleur du nombre d'abus, doutent désormais de Dieu, de l'Église, des évêques et du Saint-Père. En tant que prêtres, consacrées et laïcs engagés nous pouvons d'abord livrer un témoignage vivant de la foi en Jésus-Christ, lui qui est mort sur la croix pour les péchés de tous, afin que nous soyons sauvés. Beaucoup recherchent aujourd'hui une oreille attentive, quelqu'un à qui ils pourraient ouvrir leur cœur, quelqu'un qui, tout simplement, les écoute. Nous devons y être particulièrement attentifs. Encourageons tous les croyants, dans la situation où nous sommes, à soutenir l'Église sur le nécessaire chemin de la purification intérieure et du renouveau. Incitons-les à prendre eux-mêmes, individuellement, ce chemin-là. Il est possible que nous puissions être une aide, pour de nombreuses personnes, étant donné que nous avons nous-mêmes pu apprendre sur le chemin du renouveau comment trouver Dieu, surtout dans les moments difficiles, comment espérer en lui, l'aimer et rester fidèles à l’Église.

Pour terminer, j'aimerais vous inviter à nous unir tous dans la prière et la pénitence, pour le salut et le renouvellement de l'Église.

Pensons particulièrement aux victimes et à leurs familles ; qu'ils expérimentent cette aide et cette guérison nécessaire qu'ils espèrent. Pensons aussi à tous les pasteurs de l'Église. Puissent-ils, dans cette crise, être des pasteurs solides, qui, guidés par l’Esprit Saint, empruntent et montrent le chemin, avec un esprit ouvert, sincère et humble.

Je vous remercie beaucoup pour votre engagement fidèle et joyeux dans et pour l’Église et Regnum Christi. Que Dieu donne, à chacun et à nous en tant que communauté, l’humilité, la sagesse, le zèle désintéressé dont nous avons toujours besoin sur notre chemin. Que Marie, Mère de l’Église et Mère des apôtres, nous guide de sa main maternelle.

Unis dans le Seigneur et dans le mouvement Regnum Christi,

 

P. Valentin Gögele, LC

Provincial

P.J. : Lettre du 15 septembre 2018 du P. John Connor, LC, provincial d’Amérique du Nord, aux membres de Regnum Christi