Méditation du jour

« Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir »

Mercredi 13 juin 2018
Saint Antoine de Padoue, prêtre et docteur de l'Église

Évangile selon saint Matthieu 5, 17-19

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Au temps où Jésus enseignait en Palestine lorsqu’il allait à la synagogue, il rencontrait des fidèles plus ou moins inquiets, il rencontrait aussi des grands prêtres, des pharisiens, des scribes et d’autres encore : ces personnes avaient entendu parler de la loi mosaïque et cherchaient à la mettre en pratique selon un discernement pas toujours convenable… Ici, le Seigneur veut nous indiquer la façon de pratiquer la Loi selon la volonté de Dieu.

Demande

Seigneur, ouvre mon intelligence et mon cœur pour que l’un et l’autre soient accordés à la volonté de ton Père qui t’a envoyé. Seigneur, donne-moi aussi la force qui me permettra de la mettre en pratique.

Réflexion

1. « Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. »

Ici, Seigneur, tu t’adresses à tes apôtres et à tes disciples et tu veux qu’ils sachent bien faire la différence entre rejeter ce qui provoque discussions et difficultés et garder ce qui doit être accompli en vérité. Les prophètes de l’Ancien Testament ont transmis les enseignements divins qui font partie de la Révélation divine. Ce sont des enseignements que les fidèles juifs venaient écouter à la synagogue le jour du sabbat. Tu savais que leur façon d’accomplir ces Écritures n’était pas sans reproche et qu’ils les enseignaient selon leur mentalité à eux : mentalité pharisaïque qui se contentait de dire aux autres sans passer eux-mêmes à l’acte. Tu es venu rectifier cette façon de comprendre et d’appliquer la Loi : ils enseignent des pratiques d’hommes et non selon ce que Dieu a demandé au Sinaï.

2. « Amen, je vous le dis : avant que le ciel et la terre disparaissent (…) »

Tu veux que nous sachions qu’il n’y a pas de demi-mesure dans l’interprétation de la Loi. Même ce qui semble secondaire est porteur de vérité et de vérité essentielle parce que c’est la vérité de l’amour. Tu veux que nous découvrions la profondeur de la Loi inscrite par le créateur et divin pasteur : le but de cette Loi est de manifester au grand jour l’amour et la vie qui habitent le cœur de l’homme.
Mais, Seigneur, tu sais que c’est difficile ! Alors, tu nous as promis de nous envoyer un Paraclet qui nous ferait tout comprendre. Seigneur, donne-moi le courage de ne rien entreprendre sans avoir demandé l’aide et le secours de cet Esprit que tu veux retrouver en nous.

3. « Celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, (…) sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. »

Seigneur, le but de la Loi est de nous libérer de l’étroitesse et de la mesquinerie de nos jugements personnels qui, le plus souvent, ne sont centrés que sur nous-mêmes. Si nous nous ouvrons à l’Esprit qui habite en nos cœurs, la Loi d’amour sera libérée parce que l’Esprit Saint est un souffle qui fait éclater les préjugés et les étroitesses de jugements que nous portons sur les autres et même, parfois, sur nous-mêmes. Dire « je ne suis pas capable », c’est dire la vérité mais c’est oublier de dire « Seigneur, avec ton Esprit, j’aurai la force ! »

Dialogue avec le Christ

Il est maintenant évident que cette vérité qui est restée muette et silencieuse au fond de mon cœur doit se manifester en paroles et en actes mais surtout en ouverture de cœur et d’âme au milieu de ceux que je vais rencontrer aujourd’hui et les jours à venir, et toujours.

Seigneur, merci pour ce que tu viens de me dire. Une fois de plus tu me montres que seul je suis paralysé mais que ton Esprit me donnera la force et la patience d’avancer malgré les difficultés. Seigneur, apprends-moi aussi qu’il ne suffit pas de se mettre en route pour que la distance soit parcourue. Je ne pourrai vivre cette attitude d’écoute et de service qu’avec la patience du pas à pas quotidien. Seigneur, j’ai besoin de toi !

Résolution

L’amour n’est pas seulement un sentiment. Il requiert de vivre le précepte de la charité en faisant aux autres le bien que j’aimerais qu’ils me fassent, et sans attendre.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi