Vous êtes ici

Accueil

La simplicité du cœur

Vendredi 09 décembre 2016
Sainte Léocadie, vierge et martyre
Ecouter cette méditation:
Evangile selon St Matthieu 11, 16-19

À qui vais-je comparer cette génération ? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d’autres en disant : “Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine.” Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l’on dit : “C’est un possédé ! » Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et l’on dit : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais la sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait. »

Prière d'introduction

Seigneur Jésus, tu me connais. Tu connais mes faiblesses et mes points forts, mes parts d’ombre que je cherche à cacher et que je n’arrive moi-même à déchiffrer. Et justement parce que je ne suis qu’imperfection devant toi tu viens dans ma vie et veux que je me tourne vers toi. Tu veux venir dans mon cœur à Noël ; Jésus, par ce temps de prière, je veux m’y préparer. T’ouvrir mon cœur.

Demande

La simplicité du cœur. « Montre-moi ton chemin, Seigneur, que je marche suivant ta vérité ; unifie mon cœur pour qu'il craigne ton nom » (Ps 85, 11).

Points de réflexion

1. « Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé ».
Si Jésus nous fait un résumé des commérages autour de sa personne, c’est pour nous. Il sait que le chrétien, à chaque époque et partout, recevra des commentaires similaires. N’avons-nous jamais entendu : « Ton fils veut participer au tournoi de foot et tu ne le lui permets pas ! » Et peut-être avons-nous répondu « il va déjà à la messe dominicale le samedi soir parce que le foot est tous les dimanches matins, ce tournoi départemental pendant le week-end l’empêcherait complètement d’aller à la messe ! » Oui, continuons à rester fidèles à nos convictions, continuons à rester fidèles à l’amour du Seigneur pour nous. Il est allé, lui, jusqu’au sacrifice ultime sur le calvaire.

2. Jésus lui-même nous montre que ces commérages seront parfois même contradictoires, comme sur la différence d’opinion qu’il relate entre lui et Jean le Baptiste dans l’Évangile d’aujourd’hui. Il nous invite à la simplicité. Nous chrétiens, vivons notre foi, peu importe ce que les autres peuvent en dire. Parfois nous aspirons à nous compliquer la vie plus que nécessaire. À passer par Moscou, Washington et Singapour pour aller à Rome depuis Paris. Arriverons-nous un jour à la sainteté ainsi ? Au lieu de passer notre temps à nous demander ce que les autres pensent de notre foi, s’il est bien judicieux de la vivre extérieurement, si les conseils que m’ont prodigués mon curé ou mon directeur spirituel sont vraiment à suivre, aimons le Seigneur et voilà ! N’a-t-il pas résumé son message par cette phrase « Aimer Dieu par-dessus tout, et son prochain comme soi-même ? »

3. Cette simplicité dans le don total à Dieu est ce que nous admirons parfois le plus chez les saints.
Saint Ignace, après sa conversion, voulait tout donner au Christ, sans détour. Le Curé d’Ars n’a pas essayé de sortir d’Ars ; son évêque l’a assigné à ce petit village, et toute sa vie il s’est consacré à aider les quelques âmes qui s’y trouvaient : « C’est cela ma mission, pas une autre, en avant ! ».
Saint Vincent de Paul disait : « Il y a une autre [il l’oppose à la naïveté] simplicité qui comprend la justesse essentielle de garder nos paroles et pensées hors de toute tromperie et complication, et qui nous fait aller droit à Dieu et à notre prochain sans fuite ni excuse » (Louis Déplanque, Saint Vincent de Paul sous l’emprise chrétienne, Bloud and Gay, p. 266).

Dialogue avec le Christ

Marie, ouvre nos cœurs à la venue de ton fils. Prépare mon cœur, aplanis les obstacles et redresse tout chemin tortueux. Aide-moi à devenir comme un petit enfant, ainsi que Jésus nous l’a demandé dans l’Évangile : « Si vous ne devenez pas comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux » (Mt 18, 3). Tout comme un enfant qui crie, tend les mains et tout son corps vers ce qu’il désire, jusqu’à ce que l’adulte le lui donne, fais, Marie, que je désire ainsi la sainteté et l’amour de Dieu. Tout comme l’enfant, je veux tout oublier jusqu’à ce que j’aie obtenu ce que je désire : aimer Dieu.

Résolution

Prendre un temps à la fin de ma journée pour demander à Dieu la grâce de la simplicité de cœur.

Frère Loïc Chabut, LC

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Méditations par Evangile