Méditation du jour

« Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller »

Mardi 23 octobre 2018
Saint Jean de Capistran, prêtre

Évangile selon saint Luc 12, 35-38

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir. S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Rendons grâce au Seigneur car il est bon ! Éternel est son amour !

Demande

Comme cet Évangile nous parle de ton retour, nous te prions et supplions, Seigneur, avec ces mots de l’épilogue de la Bible : « L’Esprit et l’Épouse disent : Viens ! (...) Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! » (Ap 22, 17.20)

Réflexion

1. « Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller . »

Notons bien à quelle activité Jésus sera heureux de nous trouver à son retour : il sera heureux de nous trouver non pas occupés à remplir ses greniers, à nettoyer sa maison ou à vaquer aux différentes tâches du serviteur, mais plutôt simplement occupés à veiller. Veiller, c’est être dans l’attente, le regard du cœur tourné vers l’absent que l’on espère. Jésus nous souhaite dans cette attitude intérieure d’amour et de vigilance : il nous demande juste « d’ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte ».

2. « Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins et vos lampes allumées . » La tenue de service comprend deux attributs. Le premier est la ceinture autour des reins. La ceinture correspond peut-être aux efforts que nous faisons pour plaire au Seigneur. Et le second, qui correspond au vêtement des noces – dans cette parabole la lampe allumée – figure la charité, l’amour. Voilà les deux persévérances que nous devons maintenir : cultiver les vertus qui plaisent à Dieu et vivre de son amour.

3. « Heureux ces serviteurs-là (...) heureux sont-ils »

Enchâssée dans cette courte parabole se trouve une béatitude. Il n’est aucun commandement ou conseil évangélique qui n’aboutisse à la joie. Ici, une joie pleine, tassée, débordante, un festin où le Maître nous dit : « Tu m’appelleras : ‘’mon époux’’ et non plus : ‘’mon Baal’’ (c’est à dire ‘’mon maître’’). » (Os 2, 18)

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu nous promets ton retour, vers minuit ou vers trois heures du matin, à l’heure où la nuit sera la plus noire, où l’espérance sera la plus difficile, où la foi sera éprouvée. « Mais quand le Fils de l’homme reviendra trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Lc 18, 8) Seigneur, garde notre espérance, garde notre foi, garde-nous fidèles jusqu’à ce que tu viennes ! Hâte ton retour, Seigneur !

Résolution

Aujourd’hui, je prendrai un moment pour réfléchir à la manière dont je peux me préparer pour l’heure de ma mort.

Patricia Freisz, membre de Regnum Christi