Les saints de la porte à côté

Dimanche 8 juillet 2018
14e dimanche du Temps Ordinaire

Évangile selon saint Marc 6, 1-6

En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent.  Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ?  Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?  N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ?  Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? »  Et ils étaient profondément choqués à son sujet.  Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. »  Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors, Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Esprit Saint, introduis-moi dans la prière, dans la communion de vie sainte et divine avec le Père et le Fils. Au nom du Père…

Demande

Seigneur, fais résonner avec force dans mon cœur ton appel à la sainteté, à la plénitude de vie que Dieu m’offre chaque jour sans mesure.

Réflexion

1. Une thématique parcourt les lectures de ce dimanche : notre difficulté à découvrir la présence de Dieu, de sa sainteté, dans l’ordinaire de notre vie. Dans le livre d’Ézéchiel cette attitude est décrite comme « le visage dur » et le « cœur obstiné » de l’homme. Dieu ne change pas son plan face à l’obstination. Il envoie encore une fois son prophète, ce n’est pas lui qui intervient directement : « Ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. » (Ez 2, 5) Dieu ne se passe pas de notre humanité. Dans la plénitude de temps, quand le Verbe éternel de Dieu a planté sa demeure parmi nous, il s’est manifesté dans notre chair mortelle. Dieu ne dédaigne pas l’ouvrage de nos mains, il fait de l’homme son collaborateur dans la création, il nous associe aussi à son projet de Rédemption. Même les manifestations les plus extraordinaires, comme celles auxquelles saint Paul a eu droit, sont habitées par le signe de la faiblesse de notre chair : « Les révélations que j’ai reçues sont tellement extraordinaires que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai reçu dans ma chair une écharde (…) » (2 Co 12, 7) La sainteté est la vie de Dieu qui se manifeste dans nos limites.

2. À son retour à Nazareth, Jésus retrouve les visages durs et les cœurs obstinés de certains de ses concitoyens. C’est la même attitude qui nous empêche de reconnaître la lumière de Dieu dans le monde, la sainteté dans les gestes simples du peuple de Dieu. Le pape François parle des « saints de la porte à côté » : « J’aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu : chez ces parents qui éduquent avec tant d’amour leurs enfants, chez ces hommes et ces femmes qui travaillent pour apporter le pain à la maison, chez les malades, chez les religieuses âgées qui continuent de sourire. Dans cette constance à aller de l’avant chaque jour, je vois la sainteté de l’Église militante. C’est cela, souvent, la sainteté ‘de la porte d’à côté’, de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu, ou, pour employer une autre expression, ‘la classe moyenne de la sainteté’. » (Gaudete et Exsultate, 7). Ils sont tout aussi ordinaires qu’un fils de charpentier, mais leurs actes et leurs paroles donnent à la réalité simple une couleur d’éternité.

3. « Dans la nuit la plus obscure surgissent les plus grandes figures de prophètes et de saints. Mais le courant de la vie mystique qui façonne les âmes reste en grande partie invisible. Certaines âmes dont aucun livre d’histoire ne fait mention ont une influence déterminante aux tournants décisifs de l’histoire universelle. Ce n’est qu’au jour où tout ce qui est caché sera manifesté que nous découvrirons aussi à quelles âmes nous sommes redevables des tournants décisifs de notre vie personnelle. » (Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix).
Demandons la lumière pour nos yeux et pour nos cœurs, pour contempler l’œuvre de Dieu dans notre vie.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, apprends-moi à te découvrir dans les petites choses, à ne pas te chercher là où tu n’es pas, à te reconnaître là où je ne t’attends pas. Donne-moi un cœur d’enfant pour découvrir ta majesté divine cachée dans l’hostie, ta grâce puissante dans l’eau qui regénère.

Résolution

À la lumière de Dieu, essayer de voir un signe de sa présence discrète dans ma vie cette dernière semaine.

Père Roger Villegas, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés