Les invités au festin

Mardi 6 novembre 2018
Saint Léonard de Noblat

Évangile selon saint Luc 14, 15-24

En ce temps-là, au cours du repas chez un chef des pharisiens, en entendant parler Jésus, un des convives lui dit : « Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu ! » Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde. À l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : “Venez, tout est prêt.” Mais ils se mirent tous, unanimement, à s’excuser. Le premier lui dit : “J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir ; je t’en prie, excuse-moi.” Un autre dit : “J’ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t’en prie, excuse-moi.” Un troisième dit : “Je viens de me marier, et c’est pourquoi je ne peux pas venir.” De retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Alors, pris de colère, le maître de maison dit à son serviteur : “Dépêche-toi d’aller sur les places et dans les rues de la ville ; les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux, amène-les ici.” Le serviteur revint lui dire : “Maître, ce que tu as ordonné est exécuté, et il reste encore de la place.” Le maître dit alors au serviteur : “Va sur les routes et dans les sentiers, et fais entrer les gens de force, afin que ma maison soit remplie. Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon dîner.” »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Nous sommes invités à méditer ce que doit être le comportement des invités au festin de noces préparé pour le jour du retour en gloire du Seigneur. C’est dès ici-bas que les hommes doivent préparer leur réponse à son invitation. Et cette réponse est la même pour toutes les générations : c’est une réponse d’amour et de générosité, d’ouverture à l’autre et de service.

Demande

Seigneur, je ne veux pas arriver les mains vides à ce festin. Je connais la réponse que tu as adressée au jeune homme riche. Seigneur, fais-moi bien comprendre que ce qui est important ce n’est pas ce que je possède mais ce que je suis. Seigneur, accorde-moi de vivre en profondeur les petits détails quotidiens qui me permettront de témoigner de mon appartenance à ton corps mystique qui est l’Église.

Réflexion

1. « Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu ! »

Tu es à table avec différentes personnes et l’une d’entre elles est émerveillée par ce que tu dis au sujet du festin le soir de ton retour au milieu de nous, le dernier jour. Tu profites de ce compliment pour faire annoncer que tous les hommes sont invités mais qu’il est nécessaire de bien comprendre ce que tu attends de ceux qui participeront : tout le monde sera là et chacun sera récompensé en raison de ce qu’il a fait, de ce qu’il apporte et du témoignage de ce qu’il a fait au milieu des hommes, qu’ils soient ses contemporains ou non, ceux qui l’ont précédé comme ceux qui le suivront plus tard.

2. « Mais ils se mirent tous, unanimement, à s’excuser. »

Mais tous ne répondent pas à ton invitation. Chacun a des occupations nombreuses qui, en elles-mêmes, pourraient très bien s’inscrire dans la réponse à ton invitation mais la façon de gérer ces activités, quelles qu’elles soient, n’est pas forcément selon ta volonté et correspond à une gestion égocentriste ou même égoïste sans référence au Créateur. L’un va visiter son champ, l’autre s’occupe de ses bœufs… sans tenir compte que chaque activité est à vivre pour toi et en fonction de toi. Ils se sont laissé dominer par les activités sans rester près de toi. Ils n’ont pas compris que si « tout était permis, tout n’était pas profitable » selon le conseil de saint Paul aux Corinthiens (1 Co 6, 12) et qu’il ne fallait rien faire, rien entreprendre, sans référence à toi et à ton Royaume.

3. « Dépêche-toi d’aller sur les places et dans les rues de la ville ; les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux, amène-les ici. »

Tout a été organisé, tout était prévu pour que le repas soit un véritable repas de fête et de joie. Pourtant, ceux qui étaient invités, qui auraient pu en profiter, n’ont manifesté ni désir, ni joie, ni empressement pour répondre à cette invitation. Leur intérêt était ailleurs et sans Dieu. Mais le Maître est de retour, la célébration de la fête ne peut plus attendre. Alors le Seigneur envoie ses serviteurs chercher d’autres convives. Il les envoie auprès des aveugles, des boiteux, des malades, des pauvres, des oubliés, etc.

Ne sommes-nous pas, nous, les serviteurs dont la fidélité est un plaisir pour le Maître ? Il sait qu’il peut compter sur eux. Pourvu que le Maître ne soit pas déçu !

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu as invité le monde entier, tu as invité l’humanité entière à ce festin, les places sont encore vides. Seigneur, tu comptes sur tes fidèles pour annoncer aux hommes leur invitation au banquet final. Que ton Esprit me donne la force et le courage d’annoncer ta venue et ton invitation à tous ceux que je rencontrerai, quels que soient les périls et les difficultés.

Seigneur, accorde-moi la grâce de comprendre l’urgence d’annoncer ton Royaume à tous les hommes que je rencontrerai ou que je pourrai joindre. Le Royaume n’attend pas. Tu es venu nous chercher alors mets en nous la force pour vaincre l’inertie.

Résolution

Participer au saint sacrifice de la messe pour que les hommes répondent à ton appel.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés