Mercredi, 17 juin 2020

Saint Hervé

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Matthieu 6, 1-6.16-18

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »

Prière

Seigneur, ouvre mon cœur pour te recevoir en ce moment de prière, en ce moment où je me mets devant toi, où je prends conscience que tu es avec moi.

Demande

Seigneur, que ton Esprit Saint m’illumine pour découvrir davantage qui tu es et qui je suis.

Reflexion

  1. Dans ce premier grand discours sur le Règne de Dieu selon l’Évangile de saint Matthieu, Jésus explique à ses disciples ce qu’est la volonté de Dieu, comme Moïse l’avait fait sur le Sinaï. Jésus, le Royaume de Dieu en personne, nous parle de ce que Dieu attend de nous, de ce que Dieu a pensé pour nous. Le passage de ce discours, que nous écoutons aujourd’hui, dit que nous sommes invités à la relation, non à l’exhibition.
    Jésus commence par dire : « Ce que vous faites pour devenir des justes (…) » Devenir une personne juste était un idéal, un but vers lequel s’efforçait de tendre tout membre du peuple d’Israël. C’est une grande qualité qui caractérise par exemple Noé, Abraham, Job, Siméon, Joseph, époux de Marie. Et Jésus est en train de parler à ses disciples, donc à des personnes qui veulent vivre selon la volonté du Seigneur, qui veulent être des justes.
  2. La vie religieuse du peuple d’Israël s’appuie sur la prière, l’aumône et le jeûne. Ils sont devenus des préceptes, que tout juste accomplissait. L’un des dangers est de vouloir être déclaré « juste » par les autres, et d’agir pour être jugé comme tel. C’est l’exhibition. L’attention se porte sur soi et sur ceux qui me voient. Mais sans aucune relation personnelle. Les autres sont traités comme des moyens pour que j’arrive à ce que je désire. C’est se replier sur soi. C’est un chemin de mort.
    Le Seigneur nous invite au contraire à un chemin de vie, à la relation. Devenir un juste, c’est vivre conscient de qui je suis et de qui est le Seigneur, et agir en fonction de cette vérité fondamentale. Ceci me permet de vivre la relation à mon prochain parce qu’alors je le verrai plus conforme à ce qu’il est : fils de Dieu. Ceci me découvre sa dignité et qu’il est mon frère.
    C’est pour cela que Jésus invite à ce que notre aumône soit faite sous le regard du Père et non des autres. De même pour le jeûne, de même pour la prière. Chacun de ces gestes est un élan vers Dieu, comme le chante le psaume 62 : « Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube. » (Ps 62, 2) C’est notre désir de Dieu traduit en actes.
  3. La volonté de Dieu, c’est que nous vivions en relation avec lui et les uns avec les autres. Nous sommes faits pour la communion parce que sa volonté première pour nous, c’est que nous soyons aimés. Cela se dit rapidement, mais prenons le temps de nous y arrêter : ce que Dieu, le Seigneur tout-puissant, Créateur et Maître de l’univers visible et invisible, veut, c’est que moi je sois aimé. Et il fait tout pour cela. Comme le prie le psaume d’aujourd’hui : « Aimez le Seigneur, vous, ses fidèles : le Seigneur veille sur les siens. » (Ps 30, 24)

Dialogue avec le Christ

Jésus, toi qui es venu me révéler le visage de Dieu, apprends-moi à vivre cette relation de fils du Père, fais-moi découvrir comme je suis aimé du Père.

Résolution

M’arrêter sur cette vérité : ce que Dieu, le Seigneur tout-puissant, Créateur et Maître de l’univers visible et invisible, veut, c’est que moi je sois aimé. Et il fait tout pour cela.

Anne-Marie Terrenoir, consacrée de Regnum Christi

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés