Année A | Méditation | Saint Matthieu | vert

La nouvelle loi

Dimanche, 16 février 2020

6e dimanche du Temps Ordinaire

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Matthieu 5, 17-37

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux.
Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.
Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne.
Il a été dit également : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère. Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’, ‘non’, si c’est ‘non’. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »

Prière

Seigneur Jésus, tu es Dieu, tu connais ce qui est bien. Apprends-moi à t’écouter et à reconnaître la vérité.

Demande

La conversion du cœur.

Reflexion

  1. Ce passage de l’Évangile de Matthieu se situe au début de ce que l’on appelle le « sermon sur la montagne », qui commence avec les Béatitudes, dans les premiers versets du chapitre 5. Ce discours s’étend sur trois chapitres et contient le cœur de l’enseignement de Jésus, une sorte de règle de conduite que donne Jésus à ses disciples de tous les temps. Il s’agit donc d’un texte capital.
  2. Moïse était monté sur la montagne du Sinaï pour recevoir la Loi de Dieu, comme le relate le livre de l’Exode, cette Loi, la Torah, qui devait devenir le centre de la vie du peuple juif. Jésus, dont Moïse était un précurseur, monte aussi sur une montagne pour donner la nouvelle loi, loi qui ne vient pas supprimer, mais accomplir, c’est-à-dire porter à sa perfection, la loi de Moïse. Ceci est la clef d’interprétation de tout ce passage. Nous assistons en effet à une énumération, dont chacune commence de la même manière : « Vous avez appris qu’il a été dit (…) Eh bien moi je vous dis (…) ».
  3. Ce que Jésus demande est de passer d’une observance extérieure de la loi à une observance intérieure. Pour les disciples de Jésus, l’important ne sera plus de respecter à la lettre un code de conduite mais de faire vivre dans toute la vie, et jusque dans le cœur et dans les pensées, la loi de l’amour pour Dieu et pour le prochain. Ainsi il ne s’agit plus seulement de ne pas commettre de meurtre, mais d’apprendre à se réconcilier avec son frère ; il ne s’agit plus seulement de ne pas commettre d’adultère, mais de porter un regard pur sur toute personne que l’on rencontre. Dieu voit notre cœur, ce qu’il y a à l’intérieur de nous, et c’est d’abord à l’intérieur qu’il nous demande de nous convertir, car c’est de cela que tout le reste dépend.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, viens changer mon cœur. Change mon cœur de pierre en un cœur de chair, en un cœur qui aime, qui ne cherche que le bien ; afin que tout ce que je fasse soit imprégné de ta bonté.

Résolution

Lire le sermon sur la montagne en entier, c’est-à-dire les chapitres 5, 6 et 7 de saint Matthieu.

Père Jean-Marie Fornerod, LC

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés