Année B | blanc | Méditation | Saint Luc

Jésus, comme Élie et Élisée, n’est pas envoyé qu’aux seuls Juifs

Lundi 8 mars 2021

Saint Jean de Dieu

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Luc 4, 24-30

Dans la synagogue de Nazareth, Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. » À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

Prière

Seigneur, ouvre mes oreilles, mes yeux et mes mains pour que je puisse donner ce que toi-même m’a donné et enseigné. Que ma foi et ma confiance en toi soient l’unique motif de mes actes.

Demande

L’exemple dont tu te sers dans ton enseignement est là pour affermir ma foi et ma confiance en toi et en tes actions. Oui, Seigneur, il est bien connu que les corbeaux ne sèment pas et ne moissonnent pas, ils n’ont ni grange ni grenier mais Dieu les garde et les nourrit. Alors, Seigneur, puisque tu ne cesses d’attirer l’homme à toi, et que ce n’est qu’en toi que nous trouverons la vérité et le bonheur (cf. Catéchisme de l’Église, 27), accorde-moi de ne chercher que toi et de transmettre ta vérité à ceux que tu mets sur ma route.

Reflexion

  1. « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. »
    Le Seigneur fait ici allusion à l’histoire du prophète Élie et de la veuve de Sarepta dont le fils ressuscita (cf. 1 R 17, 8-16). Pour les auditeurs de Jésus, ce récit rappelait la récompense de la confiance faite à la promesse de l’action bienfaitrice de Dieu. En effet, Élie avait dû quitter son pays et se réfugier près du torrent de Kerit, à l’est du Jourdain : là, il n’était nourri que par les corbeaux. Ici, Jésus met en évidence les difficultés rencontrées par les prophètes quand ils doivent s’adresser aux habitants de leur propre pays. Jésus continue à raconter l’histoire du prophète qui, à Sarepta, en Israël, rencontra une veuve dont il ressuscita le fils. 
  2. « Il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. »
    Le Seigneur raconte aussi l’histoire de Naaman le Syrien, lépreux auquel il avait été demandé de se baigner sept fois dans le Jourdain. Cet homme ne pouvait pas imaginer pourquoi il fallait aller jusqu’au Jourdain : il s’y est finalement rendu et fut immédiatement guéri. C’est une nouvelle récompense accordée à la confiance du lépreux face à la promesse qui lui avait été faite.
    Face à ces discours, les auditeurs de Jésus sont furieux et décident de l’exterminer en le précipitant du haut d’une falaise. Ici, encore une fois, on peut voir que Jésus n’était pas bien reçu chez lui mais regardons l’exemple qu’il nous donne ici. 
  3. « Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. »
    Jésus descend alors à Capharnaüm, en Judée, pour continuer son enseignement. Rien n’arrête sa détermination à poursuivre sa mission.
    Pour nous, aujourd’hui, c’est l’exemple qu’il nous faut suivre. Nous avons besoin de lui, de son enseignement, de sa présence et de sa grâce : nous devons lui manifester notre confiance et notre foi. Nous avons à témoigner de cette foi lors de ces moments de privation spirituelle et de solitude humaine dus au manque de contacts humains et fraternels que nous traversons ces temps-ci.
    Il nous faut faire confiance : Notre Seigneur ne nous laissera pas seuls dans une nuit obscure. Écoutons saint Matthieu et saint Luc qui nous conseillent de nous abandonner à la providence : « Ne vous souciez pas pour votre vie » (Mt 6, 25), « Observez les corbeaux : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’ont ni réserves ni greniers, et Dieu les nourrit. Vous valez tellement plus que les oiseaux ! » (Lc 12, 24)

Dialogue avec le Christ

Tu nous promets une nourriture abondante mais nous ne pourrons vivre de cette nourriture que si nous remettons tous nos projets, tout notre avenir sous ta protection. Tu veux que nous te manifestions notre confiance en abandonnant notre liberté en tes mains.
Seigneur, la vie ici-bas n’est que la préparation à vivre l’éternité avec toi. Notre liberté est de nous en remettre totalement à toi.

Résolution

Face aux difficultés que je rencontre, me mettre à l’école de mon Seigneur qui est « doux et humble de cœur » (Mt 11, 29).

Cécile Beaure d’Augères, consacrée de Regnum Christi

Méditations : Regnum Christi
Texte de l’Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés