« Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat »

Mardi, 19 janvier 2021

Évangile selon saint Marc 2, 23-28

« Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat » Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis. Les pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis. » Et Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ? Au temps du grand prêtre Abiatar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l’offrande que nul n’a le droit de manger, sinon les prêtres, et il en donna aussi à ceux qui l’accompagnaient. »
Il leur disait encore : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat. Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. »

Prière
Jésus, je te remercie de venir à moi aujourd’hui par ta Parole, qu’elle soit ma nourriture, que je puisse en tirer un enseignement qui me fasse grandir dans mon amour pour toi et pour mon prochain. Jésus, aide-moi à mourir à ce « moi » si présent.
Demande
Jésus, apprend-moi l’humilité du cœur ; apprends-moi à regarder la poutre de mon œil plutôt que la paille de l’œil de mon voisin.
Réflexion
  1. Dans ce passage de l’évangéliste saint Marc, les apôtres et les pharisiens sont avec Jésus dans la campagne de Palestine. Ils se promènent à travers champs. C’est une journée de Jésus qui nous est racontée. Il est si important de nous nourrir de la Parole de Dieu, qu’elle soit notre pain quotidien et que nous cherchions dans chaque verset ce qu’il y a de grand, de céleste et de lumineux !
    Ici, les apôtres ont faim, ils essaient de trouver quelque chose à grignoter ; alors ils cueillent des épis de blé et en mangent leurs graines, c’est tout ce qu’ils ont trouvé. Jusque-là tout va bien. Ce sont les pharisiens qui vont perturber la promenade. Ils vont juger et mal interpréter la loi. Elle n’interdit pas de manger le jour du sabbat mais d’utiliser la faucille pour travailler aux champs. Il n’y a donc pas ici de profanation du sabbat de la part des apôtres. Jésus va profiter de ce reproche qu’il lui est fait par les pharisiens au sujet de ses apôtres pour nous offrir une belle leçon.
  2. Il faut tout d’abord nous occuper de notre propre conduite, de nos affaires. Dans un autre passage, Jésus nous enseigne à d’abord regarder la poutre de notre œil au lieu de nous occuper de la paille de l’œil de notre prochain. C’est sûr qu’il est souvent plus facile de juger son frère que de se juger soi-même. Qu’il est difficile de fermer nos yeux sur l’attitude de notre prochain et tuer ainsi petit à petit, par le combat spirituel, cet amour propre qui nous habite. Car ce n’est pas à nous de juger notre prochain mais à Dieu seul.
    La deuxième leçon que Jésus nous offre est que le sabbat est au service de l’homme et non le contraire. Jésus prend l’exemple du roi David : cet exemple parle aux pharisiens qui connaissent bien les Écritures. C’est dans le premier livre du prophète Samuel que le roi David se fait poursuivre par Saül et, lorsqu’il arrive dans la ville de Nob, il va demander du pain au prêtre Ahimélek. Il lui offrira le pain des prêtres. David n’avait pas le droit de manger de ce pain mais lorsque cela est nécessaire la loi peut être contournée. La loi nous aide à marcher dans le droit chemin mais elle n’a pas tous les droits.
Dialogue avec le Christ
Jésus, sois le maître de mon cœur, de ma vie ! Que je me laisse sanctifier par ton Esprit Saint afin qu’il me renouvelle.
Résolution
Aujourd’hui je ne critiquerai personne, je regarderai plutôt les bons côtés des personnes que je rencontrerai.
Adèle Landowski, membre de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés