Groupe de jeunes filles avec le P. Leopoldo et les consacrées

« Parce que tu as du prix à mes yeux, que tu as de la valeur et que je t’aime »
(Is 43, 4)

Les 6 et 7 février derniers, un groupe de jeunes filles s’est retrouvé pour une retraite spirituelle à Méry-sur-Marne prêchée par Cécile Martin-Houlgatte et Lourdes Cano, consacrées de Regnum Christi. Ce fut un moment de réflexion à la fois sur le sens de la vie et sur la direction que chacune souhaite donner à sa vie. En ces temps de grande incertitude, expérimenter l’amour de Dieu était essentiel pour chacune des jeunes filles.
Nous avons eu la grâce d’avoir la présence réelle tout le week-end. Merci au P. Leopoldo, LC, d’avoir passé les deux jours avec nous, de nous avoir dispensé les sacrements et partager de belles réflexions dans ses homélies. Nous étions entourés de deux consacrées, Cécile Martin-Houlgatte et Lourdes Cano, qui ont donné des enseignements sur le thème : « Parce que tu as du prix à mes yeux, que tu as de la valeur et que je t’aime » (Is 43, 4) et Manon Masi, volontaire internationale de Regnum Christi, qui a aidé dans la logistique pour que les retraitantes puissent vivre pleinement ce temps.

Cette retraite a été l’occasion de faire une relecture de ce temps de crise sanitaire à la lumière de l’expérience de la fidélité et tendresse de Dieu. Voici quelques témoignages personnels.

La retraite au désert permet de porter du fruit

Lorsque je pense à l’expérience vécue pendant cette retraite, il me vient à l’esprit le verset de saint Matthieu : « (…) car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. » (Mt 6, 8) Il n’était pas prévu pour moi de venir à cette retraite ni de me plonger particulièrement dans ce thème mais, en quittant Méry, je me suis rendu compte que le Père savait que j’en avais bien besoin et, avec la Providence, cela m’a permis de passer un week-end d’expérience réelle de sa tendresse.
À la veille du Carême où nous sommes appelés à séjourner au désert avec le Christ, j’ai pu goûter à la tendresse, l’amour et la présence de Dieu dans le silence. C’est un exercice difficile qui demande de la maîtrise de soi, particulièrement avec des personnes que l’on connaît, que l’on apprécie. Mais ce silence physique n’a pas été pour moi un silence du cœur et m’a permis de prendre conscience, à l’image de ce que Jésus nous enseigne au début de sa vie publique, que la retraite au désert permet de porter du fruit. Voir toutes ces femmes, avec des âges, des états de vie et des personnalités différentes se réunir pour être pleinement avec Jésus, se mettre à l’écoute de la Parole, l’adorer et le louer a été une très belle expérience également du point de vue de la communauté que nous formons, de la force de la prière et du lien que Jésus tisse entre chaque enfant de Dieu.
Eva

Je n’étais jamais seule même dans les moments de silence

Cela a été une belle surprise car je ne suis pas habituée aux retraites et encore moins aux retraites silencieuses mais j’ai eu la sensation de n’être jamais seule même dans les moments de silence.
Je ne sais pas comment j’ai communiqué avec le Christ mais il a entendu car il a répondu à différents projets qui pour moi n’avançaient pas et que j’ai hâte de mettre en pratique maintenant.
Je vais tout faire maintenant pour lui consacrer du temps chaque jour ainsi qu’à Marie.
Une très belle expérience que j’ai hâte de refaire !
Lorraine

Savoir se laisser surprendre par le Seigneur

Cette retraite a été pour moi une grande surprise. La façon dont Dieu s’est occupé de moi durant ce week-end a été très inhabituelle. Mais il sait comment nous prendre et quand nous prendre. Nous pouvons avoir l’impression de ne pas arriver à entrer dans la retraite mais, finalement sans que l’on s’en rende vraiment compte, il vient nous chercher, nous bousculer, de telle façon qu’il nous rencontre au plus profond de nous, de notre cœur. En tout cas, c’est ce qui s’est passé pour moi.
Pour conclure, je dirais qu’il faut savoir se laisser surprendre par le Seigneur, car il sait ce qu’il fait.
Diane