Être des apôtres généreux

Jeudi 14 février 2019

Évangile selon saint Marc 7, 24-30

En ce temps-là, Jésus partit et se rendit dans le territoire de Tyr. Il était entré dans une maison, et il ne voulait pas qu’on le sache, mais il ne put rester inaperçu : une femme entendit aussitôt parler de lui ; elle avait une petite fille possédée par un esprit impur ; elle vint se jeter à ses pieds. Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance, et elle lui demandait d’expulser le démon hors de sa fille. Il lui disait : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. » Mais elle lui répliqua : « Seigneur, les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants ! » Alors il lui dit : « À cause de cette parole, va : le démon est sorti de ta fille. » Elle rentra à la maison, et elle trouva l’enfant étendue sur le lit : le démon était sorti d’elle.

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio
Prière

(Reprendre le chant : « Humblement dans le silence de mon cœur »)

R. Humblement, dans le silence de mon cœur, je me donne à toi, mon Seigneur.

1. Par ton amour, fais-moi demeurer humble et petit devant toi. 
2. Entre tes mains, je remets ma vie, ma volonté, tout mon être. 
3. Enseigne-moi ta sagesse, ô Dieu, viens habiter mon silence. 
4. Je porte en moi ce besoin d'amour, de me donner, de me livrer, sans retour. 
5. Vierge Marie, garde mon chemin dans l'abandon, la confiance de l'amour.

(© Frère Jean-Baptiste de la Sainte Famille)

https://www.youtube.com/watch?v=8BIZ5uNdud0

Demande

Seigneur Jésus, donne-moi la grâce d’une plus grande humilité et d’une plus grande générosité en tant que disciple.

Réflexion

1. Jésus quitte la Galilée et se retire avec ses disciples dans la région de Tyr et de Sidon. C’était une région de culture païenne où très peu de personnes croyaient en Dieu. Que Jésus venait-il faire dans cette région ? Pourquoi cherchait-il à y passer inaperçu ? Jésus nous donne dans ce passage un exemple d’humilité. Même lui, dans son humanité, avait besoin de moments pour se retirer de sa vie active, pour vivre des temps de ressourcement, de tranquillité, de prière avec son Père et de communion fraternelle avec ses disciples.

Il n’est pas facile de s’arrêter surtout lorsque nous avons beaucoup de travail, quand ce que nous faisons est nécessaire et même apprécié par les autres, quand nous aimons ce que nous faisons. Mais si nous vivons avec humilité, c’est-à-dire en vérité avec nous-mêmes, avec Dieu et avec les autres, nous pouvons reconnaître que sans Dieu nous ne pouvons rien faire. Nous avons besoin, comme Jésus, de rencontrer le Père dans le silence et la prière pour nous nourrir spirituellement, pour retrouver la force, l’éclairage et l’amour nécessaires pour continuer notre journée.

2. Les paroles de Jésus à la femme syro-phénicienne peuvent nous choquer mais elles révèlent aussi l’explication de ce retrait de la vie active de Jésus et de ses disciples. Jésus dit : « Laisse d’abord les enfants se rassasier. » Nous pourrions ajouter « pour que les enfants puissent ensuite distribuer le pain aux autres ». Les disciples sont ces enfants qui ont reçu le pain de la Bonne Nouvelle et qui sont chargés d’en distribuer les miettes à tous les hommes représentés dans la parabole par les petits chiens sous la table. Pour donner le pain de la Bonne Nouvelle, ils devaient prendre le temps de le recevoir eux-mêmes de Jésus. Être les enfants à table n’est pas un titre de gloire puisque nous avons tous reçu notre foi de quelqu’un qui nous l’a transmise. Par l’image des petits chiens, Jésus nous invite aussi à l’humilité. Avant d’être devenus enfants de Dieu par le baptême nous avons tous été à un moment ces petites créatures sous la table mendiant le pain de l’Évangile auprès de ceux qui nous ont instruits. Rendons grâce au Seigneur pour tous ceux qui nous ont aidés à grandir dans la foi !

3. La disproportion entre le pain et les miettes nous aide à voir que nous sommes souvent des instruments bien faibles et limités dans notre capacité de partager et de retransmettre la richesse que nous avons reçue dans la foi. Dieu nous donne un pain bien nourrissant mais parfois le partage avec autrui n’est pas toujours généreux ou réussi de notre part et nous ne redonnons que les restes, les miettes du pain que nous avons reçu de Dieu. Pourtant le Seigneur compte sur nous pour que son Évangile atteigne les cœurs affamés de tant d’hommes et de femmes qui le cherchent. Demandons au Seigneur de nous aider à être des apôtres plus généreux auprès des autres. La mission de témoigner de la foi, inhérente à la vie et à la vocation de tout baptisé, n’est pas un simple automatisme. Nous ne pouvons transmettre aux autres que ce que nous avons d’abord reçu du Seigneur. Prenons le temps de recevoir au quotidien le pain que notre Père du ciel veut nous donner pour être ensuite en mesure de le redonner aux autres.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, me voici à ta table durant ce temps de prière. Tu veux rassasier mon cœur affamé de ta Parole, de ta grâce, de ton amour. Me voilà comblé ! Mais tu as voulu avoir besoin de moi pour donner aux autres le pain de ton amour, de ta Parole. Aide-moi à m’engager en tant que disciple à partager avec les autres ce que j’ai reçu de toi. Je ne veux pas laisser mes frères et mes sœurs uniquement avec des miettes et des restes de ce que j’ai reçu. Viens combler le cœur de tous les hommes de ce pain qu’est la foi en toi !

Résolution

Inviter un ami à partager une messe ou un moment de prière.

Père Richard Tardiff, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés