« En trois jours, je le relèverai »

Vendredi 9 novembre 2018
Dédicace de la basilique du Latran

Évangile selon saint Jean 2, 13-22

Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. » Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment. Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

En ce jour, je t’invoque, ô Esprit du Fils et du Père pour que tu guides ma prière, pour que tu parles dans mon silence. Esprit Saint, viens au secours de ma faiblesse, car je ne sais pas prier comme il faut (Cf. Rm 8, 26).

Demande

Donne-moi, Esprit Saint, l’intelligence de l’Écriture pour y trouver et y entendre ta parole.

Réflexion

1. Le dernier verset de ce texte éclaire tout ce qui précède. Commençons donc par la fin : « Quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite. » Les disciples « se rappelèrent », oui, mais ils se rappelèrent à partir de la Résurrection du Christ (quand il se réveilla d’entre les morts). C’est dire que cet épisode au Temple, comme tout l’Évangile d’ailleurs, ne peut se comprendre qu’à la lumière de la Résurrection du Christ. Car c’est bien la Résurrection qui donne sens à toute la vie et à la mission du Christ. Étant donné que c’est la foi en la Résurrection qui fait de nous les chrétiens que nous sommes, l’évangéliste Jean nous invite, nous aussi, à nous rappeler, à faire le même travail de mémoire que les disciples afin de croire « à l’Écriture » – c’est-à-dire à tout ce qui était annoncé dans l’Ancien Testament  et afin de croire « à sa parole » – c’est-à-dire à tout ce que Jésus avait dit.

2. Cet exercice de mémoire nous reconduit en premier lieu au Temple qui se situait au cœur de Jérusalem. Rappelons que le Temple est le lieu où Dieu se laisse rencontrer par les hommes. Le Temple abrite la présence divine. Il jouit donc d’un statut unique et inégalable : il est le lieu le plus saint sur la terre. Cependant, le Temple n’a pas toujours été ce lieu de sainteté. Le prophète Zacharie achevait précisément son livre par un dernier verset prophétisant que le Temple retrouverait un jour sa pureté : « Il n’y aura plus de marchand dans la maison du Seigneur Sabaot, en ce jour-là. » (Za 14, 21) Mais quand cela se réalisera-t-il ? L’incursion de Jésus dans le Temple chassant les marchands se révèle être l’accomplissement de cette prophétie ! Il faut donc avoir ce verset de Zacharie en tête pour comprendre le sens de l’action de Jésus. Mais quel est donc ce sens ?

3. Il semble bien que ce soit le commerce avec les choses de Dieu qui soit fustigé : « Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce », dit Jésus avec énergie et avec… le fouet ! Mais Jésus qualifie aussi le Temple comme « la maison de son Père ». L’évangéliste Jean dit ici quelque chose de la filiation unique de Jésus envers Dieu et il indique aussi par-là même que les hommes sont appelés – que nous sommes appelés – à partager et à vivre quelque chose de cette relation filiale. En effet, un fils ne paie pas son père, ni ne l’achète. Toute relation avec Dieu basée sur ce qui ressemble à une transaction commerciale s’oppose radicalement à l’identité de Dieu. Car il est un Père et non un commerçant. Il ne faudrait pas croire que la simonie soit un vieux péché de l’Église… Car il se pourrait bien que nous-mêmes cherchions parfois à « conclure quelque marché » avec Dieu afin d’être exaucés… « Seigneur, si tu me donnes ceci, je ferai cela ». Ou encore : « J’offre tel sacrifice afin d’obtenir telle grâce… » Il y a un certain marchandage avec Dieu qui n’a pas fini d’être purifié dans notre propre vie spirituelle.

4. Quelle est donc l’attitude de fils que Jésus nous invite à avoir devant un tel Père ? La même que Jésus : plutôt que d’offrir « des choses » à Dieu, s’offrir soi-même. Jésus a offert son corps sur la croix. « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai », disait Jésus à ses détracteurs. En effet, au troisième jour, il a été relevé, car « il parlait du sanctuaire de son corps ». Le réveil de Jésus d’entre les morts est bien le grand signe de la fidélité de Dieu, le grand signe de sa paternité, de son amour pour Jésus et pour chacun d’entre nous. Offrons ce que nous sommes, dans la confiance. Nul besoin de quémander ou de marchander pour obtenir une quelconque grâce. Dieu est un Père, non un marchand, c’est-à-dire qu’il nous reçoit comme des fils qui s’abandonnent à lui. Nos vies offertes dans la confiance à ce Père aimant seront comblées de toute la mesure de joie et de bonheur qu’un tel Père nous réserve. Si la joie et le bonheur n’arrivent pas tout de suite, nous savons qu’ils arriveront au plus tard « au troisième jour ». Cela est notre certitude de foi. Car Jésus est ressuscité !

Dialogue avec le Christ

Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous m’avez révélées et que vous nous enseignez par votre sainte Église, parce que vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. 
Dans cette foi, puissé-je vivre et mourir.

Résolution

Je trouverai un moment aujourd’hui pour entrer et m’arrêter dans une église, petit sanctuaire qui abrite lui aussi la présence divine dans l’Eucharistie, et j’offrirai ma vie à ce Père aimant, sûr de sa fidélité.

Emanuelle Pastore, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés