Vous êtes ici

Accueil

Première messe du père François

Mis à jour le 29 janvier 2014 à 18:24Publié le 11 janvier 2014 à 00:00

Le 14 décembre dernier, le père François Garreau a été ordonné au sacerdoce par le Cardinal Velasio De Paolis dans la basilique Saint Jean de Latran à Rome, avec 30 autres légionnaires du Christ. De nombreux membres de sa famille et amis de Mayenne étaient présents, ainsi que les pères, les consacrées et des laïcs de Regnum Christi de Bordeaux, sa première maison de mission. L'École Apostolique de Méry-sur-Marne aussi avait fait le voyage puisqu'il est le premier ancien élève à être ordonné prêtre au sein de la Légion du Christ. Il a célébré sa première messe dans la crypte de la basilique Saint-Pierre. Voici son témoignage.

Quand et comment avez-vous senti l’appel de Dieu au sacerdoce?
Père François : Je pense avoir senti mon appel vers l’âge de 7-8 ans. Dans mon cas, il n’y a pas eu de moment précis, de lieu ou de signe particulier. En fait, je n’ai aucun moyen empirique sous la main pour démontrer que Dieu m’a appelé. Tout est advenu à travers le silence de l’exemple quotidien d’un prêtre. C’est pour cela que j’admire plus la vie des prêtres qui se donnent au Seigneur et à son Église au jour le jour, dans la joie et la simplicité, que ceux qui, grâce aux talents reçus de Dieu, réalisent de grandes entreprises qui impressionnent et marquent nos sentiments.

Qu’avez-vous tiré de vos années passées à l’Ecole Apostolique ?
Mon choix de rentrer à l’Ecole Apostolique a été plus motivé par l’esprit et l’ambiance qui régnait dans cette école que par le désir de commencer à répondre explicitement à l’appel de Dieu. Mais Dieu s’est certainement servi de cela pour préserver en moi l’enthousiasme et la pureté de l’idéal du sacerdoce. Cette naïveté, que je préfère appeler candeur, est d’une importance cruciale pour préserver la foi et l’enthousiasme des enfants. La vie nous montre à tous, tôt ou tard, la triste réalité du péché : puissions-nous préserver le plus longtemps possible cette sainte innocence chez nos enfants.

Comment avez-vous connu Regnum Christ et les Légionnaires du Christ ?
En fait, cette question devrait plutôt être posée à mes parents. C’est un peu par miracle que ma famille et moi sommes rentrés en contact avec la communauté : la Mayenne n’est pas ce que l’on pourrait appeler une plate-forme tournante de communautés nouvelles ! Je profite de la question pour partager une réflexion : le charisme qui est inspiré par l’Esprit Saint répond à des besoins réels. Dieu n’invente pas un nouveau charisme pour y appeler certains. A mon sens, il voit la situation du monde, de telle ou telle personne dans l’Eglise et insuffle son Esprit pour encourager certains chrétiens plus loin sur le chemin de la sainteté. Le charisme serait l’union des forces du même Esprit qui pousse différents individus : il y aurait donc une antériorité des individus par rapport au charisme.

Quel est votre premier ministère à Bordeaux ?
Je m’attendais un peu, étant donné la situation de la communauté en France, à être envoyé sur le terrain auprès des jeunes. Ce n’est certes pas quelque chose de nouveau pour moi, loin de là. Mais cependant c’est clair que quelque chose d’essentiel vient de changer. Maintenant, l’accompagnement que je peux apporter aux enfants, aux jeunes et à leurs familles est infiniment plus efficace car il est soutenu par les sacrements. En plus des œuvres propres de Regnum Christi pour les adolescents à Bordeaux, ces premiers mois de ministère je serai en service dans le secteur paroissial de Bordeaux Bastide.

Lisez l'intégralité du témoignage en février dans le prochain Christophoros !

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Regnum Christi

Légionnaires du Christ