Vous êtes ici

Accueil

« Plus importantes que les pierres sont les personnes »

Mis à jour le 11 janvier 2018 à 10:50Publié le 25 décembre 2017 à 10:40

Réflexions pour Noël et l’évolution de la communauté par le P. Andreas Schöggl, LC, provincial des Légionnaires du Christ et de Regnum Christi

Pas de Noël sans crèche ! C'est ce que j'ai moi-même vécu et ce qui m'a réjoui depuis mon enfance. Et je ne suis pas le seul car d'innombrables artistes et artisans ont représenté la naissance de Jésus des manières les plus diverses et dans des environnements les plus variés. 

Ma carte de Noël à nouveau illustrée d’une fresque de la cathédrale Saint-Martin de Bonn présente un décor qui en dit long : une cabane en bois, à moitié recouverte de paille, soutenue par des murs composés de grosses poutres massives et proprement ajustées.

 

S'agit-il là d'un édifice en ruine ou plutôt d'un chantier inachevé ? Les deux, à mon avis. Plus important encore: à l’entrée, au beau milieu, repose l'Enfant-Dieu (Deus Infans). En s’incarnant, Dieu s'est mis au rythme de notre histoire: Jésus est au cœur du chemin entre la naissance et le passage de notre monde terrestre et, de ce fait, il est au cœur de nos propres efforts et de nos œuvres, qui sont maintenant et toujours soumis à l’éphémère et resteront inachevés. Mais si nous reconnaissons notre imperfection et laissons Dieu être notre Rédempteur, nous lui rendons gloire (Gloria in excelsis Deo).

 

Ces pensées sont, pour ma part, le reflet de l'année 2017 qui s'achève, et pendant laquelle j'ai porté la responsabilité de provincial des légionnaires du Christ et de Regnum Christi. Le bâtiment a souvent joué un rôle important dans mes responsabilités: par exemple, notre ancien noviciat d’Irlande, dont la restructuration est presque terminée, est désormais intensivement utilisé par des groupes mère-enfant, la catéchèse pour enfants, des retraites pour élèves, des groupes de jeunes, des formations et des week-ends de retraites pour adultes, etc. ; mais aussi comme logements pour mes confrères et pour les jeunes volontaires. 

Et, par ailleurs, nous avons pu rénover la maison des consacrées à Bordeaux et commencer les travaux au centre de spiritualité à Paris qui est également la maison de la communauté des consacrées.

 

Mais plus importantes que les pierres sont les personnes et les communautés ! C'est avec grande joie que j'ai pu accueillir en septembre dernier trois allemands et un polonais, dans notre noviciat de Neuötting-Alzgern (Bavière) qui se préparent maintenant à la vie sacerdotale ainsi que cinq nouveaux novices, originaires du Mexique, notre pays de fondation, et cinq frères qui sont en deuxième année.

Ces vocations ressemblent aussi, dans une certaine mesure, à un chantier intérieur d’abandon et de confiance, où Jésus est clairement au centre de nos vies. Cette destinée, qui me fascine et me stimule même après presque vingt-cinq ans, est parfaitement exprimée par cet hymne de la liturgie des Heures :

 

Heureux celui que le Christ rencontre sur le chemin, 

pour l'appeler à tout laisser, à porter sa croix 

et à œuvrer pour lui en Église.

 

Le Christ est en lui,

le fortifie dans le désert,

lui donne part à sa joie, dans les épreuves.

À son contact, ses frères peuvent approcher l'amour du Christ.

 

Le maître s’adresse à nous à travers ses disciples,

nous appelle à la conversion,

nous donne lumière et espérance.

Dans les actions des disciples 

le message du Christ devient Parole vivante pour nous. 

 

Père céleste, saint est ton nom, ton Règne viendra,

Promis par ton Fils.

Aide-nous, dans l’Esprit, à lui préparer le chemin, en tant que tes messagers. 

Amen.

 

Nous ne serons des chrétiens crédibles que si nous sommes fermement greffés au Christ et si nous construisons son Royaume spécialement sur la charité. Cette dimension ne doit pas être négligée et ne peut pas être déléguée à des experts professionnels ou à l’Administration, comme si nous n’avions pas de prochains dans le besoin. Notre communauté à Vienne (Centre Jean-Paul II) perçoit ainsi depuis quelques temps une certaine inquiétude. Mon confrère slovaque, P. Štefan Kavecký, LC, en a fait le centre de son apostolat, déjà comme diacre et maintenant en tant que nouveau prêtre. « De quoi as-tu le plus besoin ? » a-t-il demandé à plusieurs personnes sans abri en automne dernier. De cela est né, avec le soutien de plusieurs entreprises et de particuliers, une « action sac de couchage » d’envergure, et des dizaines de rencontres et d’échanges.

 

Après six années en tant que provincial, l’année 2018 apportera pour moi un changement de fonction, comme il est habituel selon notre règle pour des services de gouvernement. Actuellement un sondage circule parmi mes confrères et les membres consacrés ainsi qu’auprès de quelques responsables de Regnum Christi afin que notre supérieur général puisse nommer mon successeur. J’occuperai dès l’été prochain d’autres fonctions. Dès que mon nouveau lieu d’affectation sera décidé, je vous le communiquerai. Les « chantiers » extérieurs et intérieurs ne seront pas achevés d’ici là, mais le Seigneur est à l’œuvre et nos efforts ne seront pas vains.

 

Je vous remercie de tout cœur pour votre bienveillance et votre soutien pendant cette année et je suis rempli de joie avec Marie, Joseph, le bœuf et l’âne, les bergers et les anges, à la naissance de notre Rédempteur.

 

En union de prière,

 

Père Andreas Schöggl, LC, provincial

Mots-clés: Regnum Christi, Actualité

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Regnum Christi