Vous êtes ici

Accueil

Nous voyons la pleine réalisation de notre vie dans le Christ-Roi

Mis à jour le 19 novembre 2014 à 14:02Publié le 15 novembre 2014 à 10:20

Lettre du P. Eduardo Robles Gil à l’occasion de la solennité du Christ-Roi 2014

Rome, 15 Novembre 2014

Aux membres de Regnum Christi

Très chers amis,
Je vous salue cordialement et vous assure de mes prières alors que nous nous préparons à célébrer la solennité du Christ-Roi.
En célébrant la royauté du Christ nous découvrons le rôle de Dieu le Père, qui gouverne toutes choses avec justice, et surtout avec amour. Nous reconnaissons aussi avec gratitude sa miséricorde de nous avoir confiés à son Fils, crucifié et couronné d’épines, avec son cœur ouvert et blessé d’amour pour nous.

L’Évangile de la fête (Mt 25, 31-46) insiste sur la royauté universelle du Christ, à qui il a été donné tout pouvoir au ciel et sur la terre.
Il nous rappelle la vérité sur notre destin ultime et le critère sur lequel nous serons jugés : l’amour du prochain.
Quand nous nous ouvrons au pouvoir du Christ, doux et humble de cœur, qui n’est pas venu pour être servi mais pour servir et que, comme lui, nous sommes serviteurs les uns des autres avec humilité, c’est alors que le Royaume se réalise. Au contraire, quand nous cherchons nos propres intérêts égoïstes, nous faisons du monde un lieu froid, obscur et solitaire.
Du haut de la croix le Christ règne avec souffrance et douleur. L’auteur de la Lettre aux Hébreux exprime ce mystère de l’histoire du salut par une phrase que nous devons méditer pour pouvoir comprendre : « sans effusion de sang, il n’y a pas de rédemption » (Héb 9, 22).

La réalité de l’épreuve et de la douleur

La lutte et la douleur sont des réalités inévitables de toute vie humaine. Personne n’est épargné. Ces derniers temps, je me demandais pourquoi certains conservent joie intérieure et espérance au milieu des tribulations, alors que d’autres succombent dans le découragement, l’obscurité, le manque de sens, amenant même à une sorte de dépression. Je crois que lorsque l’épreuve et la lutte atteignent notre vie, les sécurités superficielles s’évanouissent et nous ressentons le besoin des certitudes solides de la foi qui nous soutient. C’est pour cette raison que le Christ veut nous enseigner l’art d’édifier notre vie sur le Roc, qu’il est lui-même.

Mettre le regard sur le Christ-Roi

Depuis le début de son pontificat, le Pape François insiste de façon spéciale sur la nécessité urgente de la rencontre personnelle avec Jésus-Christ. Il nous a rappelé que nous devons nous laisser nourrir de son amour inconditionnel et de sa tendresse, en ressentant sa compagnie au milieu des difficultés. Seul celui qui a expérimenté l’amour personnel du Christ dans la foi pourra vivre avec une joie évangélique les exigences morales et existentielles de la vie. A ce propos, je désire rappeler les paroles du Bienheureux Paul VI, qui font partie du rite d’incorporation à Regnum Christi : « Le Christ est au sommet des aspirations humaines. En lui culminent nos espoirs et nos prières. C’est lui qui donne un sens aux événements humains, une valeur aux actions, la joie et la plénitude en tous les cœurs : il est le vrai Homme. Jésus est en même temps la source de notre vrai bonheur : le principe de notre vie spirituelle et morale, il dit ce qu’il faut faire et donne la force et la grâce d’agir. Le Christ est tout pour nous. C’est un devoir de notre foi et un besoin de notre conscience que de le reconnaître, le confesser et le célébrer. De lui viennent notre destin et notre salut. »

La certitude que nous donne la foi en Jésus-Christ nous permet d’affronter avec sérénité les épreuves de la vie, rendant nos souffrances fécondes afin qu’elles deviennent un moment de grâce. Il nous faut découvrir la grandeur de Jésus, sa présence amie, son amour inconditionnel, pour cheminer et aider les autres à traverser la vie, ancrés dans l’espérance qui ne déçoit pas. Il faut que nous nous oubliions nous-mêmes et nous dévouions au prochain sans limites, rendant ainsi présent le Règne du Christ dans le monde.

Nous laisser transformer par l’espérance

Saint Augustin affirme que la souffrance ne nous épargne pas, nous chrétiens, mais qu’au contraire, elle nous touche plus parce que vivre la foi c’est affronter sa vie et l’histoire avec plus de profondeur. Malgré tout, l’expérience de la souffrance nous aide à connaître la vie dans toute sa beauté. Comme ces personnes qui paraissent n’avoir rien mais sont riches dans leur foi et vivent avec un réalisme joyeux que nous aimerions tous avoir.

C’est pourquoi, dans le Christ-Roi nous voyons la pleine réalisation de notre vie. Jésus-Christ a voulu se charger de toutes nos souffrances et de tous nos péchés. Jésus a rénové toutes choses et met en nous cette transformation progressive de nos cœurs et de la société : les cicatrices de la lutte pour rester fidèles et pour être apôtres, y compris les blessures du péché, se transforment par la miséricorde de Dieu en plaies bénies d’espérance et de salut.

Chers membres de Regnum Christi, je vous invite à ne jamais faiblir sur le chemin de la vie, spécialement en face de la souffrance qui vient de nos propres limites et de celles des autres. Le Christ nous invite à les mettre au pied de la croix pour participer à la transformation intérieure qui se réalise par la grâce. Il est urgent de sortir de nous-mêmes, d’annoncer au monde la merveille de la foi qui se concrétise dans la charité, dans l’apostolat, dans l’attention aux plus nécessiteux. La contemplation des plaies du Christ, plutôt que des nôtres, est cause d’amour et d’espérance. Je vous invite en ce jour du Christ-Roi, à redécouvrir que les souffrances qu’il nous faut vivre en suivant de plus près les traces de Jésus « ne sont rien en comparaison de la gloire qui sera révélée » (Rm 8, 18). Quand nous sentons que la croix nous blesse, unissons-nous à Jésus-Christ qui offre le monde entier à son Père, renouvelons notre confiance au Seigneur, et redisons avec notre vie plutôt qu’en paroles : « Par le Christ, avec lui et en lui, à toi Père tout puissant, dans l’unité de l’Esprit Saint, tout honneur et toute gloire pour les siècles des siècles. Amen ».

Soyez bien assurés de mes prières en ce jour du Christ-Roi. Nous prions pour le repos de l’âme du père Miguel Romero LC, décédé il y a deux jours dans un accident, et pour les légionnaires et membres du Mouvement qui ont rejoint la maison du Père cette année. Je vous prie également de me garder dans vos prières.

Bien à vous dans le Christ,
Père Eduardo Robles-Gil, LC
Supérieur général

Mots-clés: Regnum Christi, Actualité

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Regnum Christi