Vous êtes ici

Accueil

« Mon désir est de servir l’Église et Votre Sainteté »

Mis à jour le 16 octobre 2013 à 16:34Publié le 18 septembre 2013 à 11:56

Le Pape François nomme Secrétaire Général de l’État du Vatican le Père Fernando Vérgez, L.C. Un communiqué publié le 30 août 2013 par le bulletin de la Salle de Presse du Saint Siège déclare que le Saint Père a nommé Secrétaire Général de l’État de la ville du Vatican le Père Fernando Vérgez, L.C. Ce mardi 15 octobre, le Saint Père a élevé le P. Vérguez à l'épiscopat.

Le Père Fernando Vérgez est né à Salamanque, en Espagne, le 1er mars 1945. Il est entré au noviciat de la Légion du Christ le 15 Septembre 1960. Il a fait ses vœux perpétuels le 25 décembre 1965 et a été ordonné prêtre le 26 novembre 1969. Il est licencié en philosophie et en théologie de l’Université Pontificale Grégorienne. Il est également diplômé de l’Ecole Archivistique des Archives secrètes du Vatican. Le 1er août 1972, il a débuté son service au Saint Siège dans la Congrégation pour l’Institut de la Vie Consacrée et Sociétés de Vie Apostolique, en tant que secrétaire du serviteur de Dieu, le Cardinal Eduardo Pironio. En avril 1984, il a été transféré au Conseil Pontifical pour les Laïcs et en juin 2004, il a été nommé responsable du bureau d’internet du Saint Siège. Depuis 2008, il était directeur de la Direction des Télécommunications du Gouvernement d’État de la ville du Vatican.
Nous remercions le père Vérgez de cette interview.

A grands traits, pouvez-vous décrire en quoi consiste le travail du secrétaire général du gouvernement de l’État de la Cité du Vatican ?

P. Fernando : Comme tout État indépendant et souverain, l’État du Vatican jouit du triple pouvoir législatif, exécutif et judiciaire. Le seul qui puisse profiter de la plénitude des trois pouvoirs est le Souverain Pontife. Normalement, ces trois pouvoirs sont exécutés par trois organismes constitués par le Pape et réglementés par la Loi d’État de la ville du Vatican. Le pouvoir législatif est exercé par le Saint Père personnellement ou au moyen de la Commission Pontificale Cardinalice. Le pouvoir judiciaire est exercé par le Tribunal d’État de la ville du Vatican. L’exécutif, au contraire, est exercé par le gouvernement de l’État. Précisément, j’ai été nommé Secrétaire Général du gouvernement de l’État du Vatican et il me revient d’aider le Cardinal Président, qui, en ce moment, est le Cardinal Giuseppe Bertello, pour tout ce qui a trait au pouvoir exécutif de l’État.

La Loi sur le Gouvernement de la Cité du Vatican promulguée par Jean Paul II en 2002, précise : « Le Secrétaire Général, nommé par le Souverain Pontife pour cinq ans, met en œuvre les directives et les orientations du Président, supervise l’activité administrative du Gouvernatorat, en coordonnant les fonctions des Directions et des autres Organismes opératifs ; il veille à ce que les activités respectives soient conformes aux dispositions normatives ». Voilà ma tâche : coordonner, superviser les structures qui composent le gouvernement, l’ensemble des organismes qui aident à l’exercice du pouvoir exécutif, composé à son tour des directions et bureaux centralisés. Bref, il me revient d’aider le Président du gouvernement dans son exercice de l’autorité et de le remplacer chaque fois qu’il pourrait être empêché de le faire. On peut consulter le site de l'État de la Cité du Vatican pour en savoir plus.

Outre tout ce qui a trait aux problèmes de coordination et d’organisation, il s’agit aussi de la responsabilité qu’on pourrait qualifier « d’humaine », car le Secrétaire Général est le responsable direct du personnel du gouvernement qui compte aujourd’hui plus de 1 800 personnes. C’est à dire tout ce qui a trait à la discipline, aux contrôles, permissions, etc. Enfin le Saint Père m’a demandé d’être à la tête de la Direction des Télécommunications, travail que je remplissais depuis 2008. C’est l’organisme chargé des communications au sens large, composé principalement des trois services : courrier & télégraphe, téléphones et finalement internet.

Quels sont vos sentiments face à cette nomination ? Avez-vous ressenti une certaine crainte en acceptant cette charge ?

P. Fernando : J’aimerais rapporter les paroles que j’ai adressées au Saint Père à l’audience du mercredi 28 août quand il m’a appelé pour me faire part de ma nomination. J’occupais mes nouvelles fonctions depuis peu de temps, encore un peu en « rodage » sur la façon de voir comment harmoniser les deux charges qui m’étaient confiées. Quand le Pape a manifesté sa volonté de me nommer et qu’il m'a remercié d’accepter, je lui ai déclaré : « Permettez-moi, Saint Père, de vous dire brièvement quels sont mes sentiments face à cette nouvelle responsabilité. Je peux vous assurer que je n’avais jamais imaginé ni pensé à cette éventualité, ni désiré ou ambitionné cette charge. Bien au contraire, c’est une responsabilité qu’il me coûte d’accepter et je le fais avec une certaine crainte et nervosité, mais avec la confiance mise en Notre Seigneur et en Marie, notre Mère. J’ai collaboré, en tant que directeur des Télécommunications, avec trois Secrétaires Généraux et je crois pouvoir dire que je sais ce que cela signifie et l’engagement que cela implique. En même temps, Saint Père, je ne peux nier que votre confiance et votre estime d’avoir pensé à moi me remplissent de joie et de satisfaction parce que cela montre votre appréciation, non envers ma personne mais au service rendu au Saint Siège pendant 41 ans. Confiance et gratitude que je ressens comme un engagement spécial et je vous promets immédiatement ma disponibilité entière et mon dévouement. Je sais que ce ne sera pas facile, Saint Père, mais vous pouvez compter sur mon obéissance totale à votre disposition et directives. Saint Père, sentez-vous totalement libre de disposer de ma personne comme vous le désirez. Mon désir est de servir l’Église et Votre Sainteté. »

Telles ont été à peu près mes paroles, auxquelles le Saint Père m'a répondu en me disant de commencer ma tâche avec sérénité et tranquillité, de compter sur sa totale confiance et son appui, sachant que la charge n’était pas facile mais que je pouvais compter sur ses prières. Cette confiance du Saint Père est ce qui m’a encouragé à accepter et à me dévouer pleinement à cette nouvelle mission qu’il me confiait. Il m'a demandé de travailler en pleine harmonie avec le Président, le Cardinal Giuseppe Bertello, que je connais aussi et avec lequel j’ai des liens d’amitié depuis longtemps, comme avec le Pape François que je connais et avec qui j’ai eu des contacts depuis 1992, lorsqu'il a été consacré évêque auxiliaire de Buenos Aires. Connaissance résultant de mon service pendant 23 ans comme secrétaire personnel du Serviteur de Dieu, le Cardinal Eduardo Pironio.

Quand prendrez-vous vos fonctions dans cette nouvelle mission ?

Père Fernando : J’ai reçu mon baptême officiel de Secrétaire Général dimanche. Comme le Cardinal Bertello n’était pas à Rome, j’ai dû le remplacer pour recevoir le Pape Émérite Benoît XVI, lequel m’a également félicité de ma nouvelle mission et encouragé à l’assumer avec fidélité à l’Église et au Saint Siège. Il m’a aussi assuré de ses prières. Impossible d’avoir un meilleur démarrage : le Pape François et le Pape Émérite Benoît XVI me donnent leur confiance, leur bénédiction et m’accompagnent de leur prière !

Comment, nous, légionnaires et membres du Mouvement, pouvons-nous vous soutenir dans votre mission ?

Père Fernando : Je considère que cette nomination est non seulement une reconnaissance envers moi-même et mon long service au Saint Siège (41 ans), mais aussi un geste de confiance et de reconnaissance du Saint Père à la Légion. C’est ce que j’ai dit au Père Sylvester et aussi au Père Alvaro, qui a eu la délicatesse de m’envoyer un courrier électronique. Je demande à tous mes frères légionnaires et de Regnum Christi de m’accompagner par leur prière pour que je puisse être fidèle à cette nouvelle mission que le Saint Père me confie.

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Regnum Christi

Légionnaires du Christ