Vous êtes ici

Accueil

Mission et vocation - Témoignage du Père Richard Tardiff, LC

Mis à jour le 12 novembre 2012 à 10:06Publié le 07 novembre 2012 à 00:00

Témoignage du Père Richard Tardiff, légionnaire du Christ et vicaire dans le secteur paroissiale d'Arigues, Bouliac et Créon dans la région bordelaise.

Je ne suis pas le premier légionnaire du Christ en paroisse, mais le premier à partager avec vous mon expérience. Depuis déjà un an, je suis « prêtre coopérateur » (vicaire) dans les secteurs paroissiaux d’Artigues, Bouliac et Créon. C’est une expérience qui m’a beaucoup enrichi pastoralement et qui m’a permis de mieux connaître la réalité et la situation de l'église en France (je suis canadien) et dans le diocèse de Bordeaux.

L’ensemble paroissial plutôt rural mais pas loin de Bordeaux est situé sur la rive droite de la Garonne. Il s’étend sur 27 communes, chacune dotée d’un clocher. Je fais partie d’une équipe avec trois prêtres diocésains, dont deux curés et un prêtre à la retraite.
J’habite en communauté avec trois autres légionnaires du Christ : nous sommes trois prêtres et un frère séminariste en stage pastoral. La vie communautaire est un appui considérable que j’apprécie beaucoup, même si mes confrères ont des missions en dehors du contexte de la paroisse.

Une journée dans la vie d’un vicaire...

Lever à 6 h 10 du matin. Notre communauté commence la journée avec le Seigneur. Nous prions ensemble la prière du matin, suivie d’une heure d’oraison. Pas question de parler du Seigneur à mes paroissiens sans avoir parlé avec Lui. Si je n’ai pas de messe assignée dans la paroisse ce jour-là, je célèbre la messe dans notre petit oratoire avant de prendre le petit déjeuner.
Ensuite je prie mes laudes. Je fais un peu de ménage dans la maison. Je discute avec mes confrères et c’est parti pour une matinée d’apostolat dans la paroisse.

Nous essayons de nous retrouver en communauté à la mi-journée pour un temps de prière et le déjeuner, sauf si un engagement apostolique nous en empêche. L’après-midi, je reprends mes engagements jusqu’au dîner. Si je ne dîne pas avec une famille ou un groupe dans la paroisse, je retrouve la communauté.
Le soir, après le dîner, il y a souvent des réunions ou des rencontres dans la paroisse. A 22h, il y a la prière du soir et un moment d’adoration eucharistique en communauté. A 23h c’est l’extinction des feux.

Un apostolat auprès des jeunes...

Cette année, je m’occupe surtout de l’accompagnement des groupes d’aumônerie de la 6ème à la 3ème et également d’un groupe de lycéens. Une équipe de laïcs engagés s’occupe de l’animation des différents groupes d’aumônerie du secteur. Je donne une bonne partie de mon temps à l’accompagnement de ces laïcs, dans leur formation spirituelle et apostolique et dans la préparation des activités.
La présence du prêtre auprès des jeunes est importante, et je profite de toutes les occasions pour être présent durant les rencontres des jeunes de l’aumônerie, qui ont lieu les mercredis après-midi ou les weekends. Cela permet de créer des liens d’amitié et de confiance avec les jeunes, afin de pouvoir aussi les accompagner spirituellement.

Au programme dans les aumôneries

Créer un espace où les jeunes pourront se lier d’amitié, grandir dans leur foi, et partager avec d’autres jeunes de leur âge leur amitié avec le Seigneur. Nous souhaitons que l’aumônerie soit pour eux un soutien qui les aide à grandir dans leur conviction que Jésus est le chemin, la vérité et la vie. Les rencontres ordinaires tournent autour de trois axes : un temps d’instruction dans la foi autour de la Parole de Dieu et du catéchisme de l'Église, un temps de prière pour les introduire à la vie spirituelle et l’amitié avec le Seigneur, et un temps de jeu ou de dynamique de groupe pour favoriser l’amitié, la joie et le partage.

Avec les animateurs et animatrices d’aumônerie, je prépare aussi les jeunes de 5ème pour leur profession de foi, et nous préparons les lycéens pour le sacrement de la confirmation. Nous invitons les jeunes à voir leur foi en Jésus-Christ comme un appel à une vraie amitié avec Lui et à un engagement personnel : celui de vivre dans la grâce de Dieu avec l’aide de l’Esprit Saint. D’où l’importance d’aider les jeunes à faire une rencontre personnelle avec Dieu dans la prière, dans les sacrements et dans la lecture de la Parole de Dieu.

Un apostolat auprès des adultes...

J’ai aussi la grâce d’accompagner plusieurs parents dans la préparation du baptême de leurs enfants. Ils n’ont pas tous l’habitude de la pratique religieuse, mais ils tiennent à ce que leur enfant devienne fils ou fille de Dieu et soit instruit dans la Parole de Dieu et la catéchèse. C’est le moment de leur faire découvrir la beauté d’une vie chrétienne plus complète.
L’accompagnement des familles en deuil est un apostolat important. Pour beaucoup de personnes, la mort d’un être cher est un moment où ils s’interrogent sur le sens de la vie, sur l’au-delà, sur Dieu. Certains remettent les pieds dans l’église après un long moment d’absence.

Je profite de l’occasion pour partager avec eux l’espérance que nous avons, en tant que chrétiens, de la Résurrection, de la vie éternelle et de ce que l’essentiel de cette vie est d’aimer Dieu et son prochain. J’ai parfois l’occasion de donner le sacrement des malades. Mais, malheureusement, il y a très peu de demandes, sauf quand nous organisons une célébration communautaire de ce sacrement. Il serait bon de mieux faire connaître ce signe de l’amour de Dieu.

Les samedis, il y a bien sûr la célébration des mariages. La préparation au mariage est un temps fort pour ces couples jeunes ou moins jeunes, qui cherchent la bénédiction de Dieu sur leur amour. Ils sentent le besoin de construire leur projet de vie sur des bases solides, et souhaitent que Dieu en fasse partie. J’essaie de profiter de ces rencontres pour les aider à intégrer leur foi et leur amitié avec Dieu dans leur projet de vie, en tant que couple et famille.
Le sacrement de réconciliation

Il y a parmi les croyants une redécouverte de la beauté du sacrement de la réconciliation. C’est un moment pour se replonger dans les eaux du baptême, en ouvrant son cœur à l’amour et à la miséricorde du Seigneur. C’est un sacrement de libération. Dieu veut nous libérer du mal et du péché, et nous fortifier dans le combat spirituel.
Bien que la plupart des gens qui fréquentent ce sacrement se confesse durant les célébrations pénitentielles de l’Avent et du Carême, j’essaie de me mettre plus régulièrement à leur disposition.

La présence d’une communauté religieuse sur un secteur paroissial n’est pas quelque chose d’anodin. Autant la vie paroissiale nous enrichit pastoralement, autant notre charisme est une richesse que nous pouvons partager avec les gens de la paroisse.
Le secteur paroissial nous ouvre ses portes, nous cherchons aussi des occasions pour ouvrir la porte de notre communauté aux paroissiens.

Les membres de Regnum Christi de Bordeaux continuent à se réunir pour leur heure eucharistique, leur cercle d’étude et leur retraite mensuelle, mais cette année, ces rencontres auront lieu dans une des principales paroisses du secteur et seront ouvertes aux paroissiens. Nous organisons une heure d’adoration eucharistique tous les jeudis soir, suivie d’une messe concélébrée par tous les prêtres de la communauté dans la paroisse.
Nous nous mettons également à leur disposition pour confesser. Il y a de plus en plus de laïcs engagés dans la mission dans nos paroisses et, comme l’accompagnement et la formation de laïcs en vue de la mission est notre charisme, je sens que mon travail en paroisse me permet de réaliser ma mission et ma vocation.

Père Richard Tardiff, LC

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Légionnaires du Christ