Vous êtes ici

Accueil

Le service est le véritable leadership

Mis à jour le 24 juin 2014 à 12:28Publié le 22 mai 2014 à 16:18

Rencontre du Saint-Père avec les recteurs et les étudiants des collèges pontificaux de Rome

Le lundi 12 mai, le Saint-Père François a rencontré dans la salle Paul VI les prêtres, séminaristes et religieux des cinq continents qui résident actuellement à Rome pour y poursuivre leurs études. Avant l’arrivée du Saint-Père, Monseigneur Jorge Patron Wong, secrétaire pour les séminaires de la Congrégation pour le Clergé, a annoncé l’événement par un petit discours. Ils ont ensuite prié ensemble hora media. Puis certains collèges pontificaux ont interprété des chants de différentes parties du monde afin de présenter la variété et l’universalité de l’Église du Christ.

En entrant dans la salle Paul VI, le Pape s’est incliné devant l’image de la Vierge. Au début de son allocution, il a demandé pardon pour son retard ; il avait été retenu par un groupe d’évêques mexicains en visite « ad limina ». Dans une ambiance cordiale et confiante, le Saint-Père a répondu de façon spontanée aux différentes questions posées par quelques séminaristes et prêtres. L’une d’entre elles fut posée par un séminariste du Collège Pontifical International Maria Mater Ecclesiae.

Dans ses réponses, le Pape a abordé plusieurs thèmes d’importance pour les prêtres, séminaristes ou religieux, dont la tâche principale consiste en la formation intellectuelle et l’acquisition d’un diplôme académique durant leurs années d’études passées à Rome. Par ce lien, on peut accéder au texte original officiel en italien du discours, publié sur la page du Vatican.

Parmi les paroles et conseils du Pape, on peut noter sa mise en garde de ne pas tomber dans l’académisme ; dans ce but, il faut prêter attention aux quatre piliers sur lesquels, selon le Pape, se fonde toute formation sacerdotale : le spirituel, l’académique, le communautaire et l’apostolique. Sur ces points, le frère Alejandro Paez, LC, remarque : « Il me paraît très important que le Pape souligne l’importance d’intégrer la formation intellectuelle dans la vision globale de la formation du prêtre. Le but des études dans la vie du séminariste ne consiste pas à former des prêtres « sachant tout » mais des prêtres sages qui puisent la vie dans les vérités de la philosophie et de la foi et qui peuvent ainsi alimenter les âmes. C’est ainsi qu’on comprend la grande force intégratrice de la formation intellectuelle pour englober les autres facettes de la formation sacerdotale et renforcer le prêtre lui-même et sa mission ».

Le Pape François a insisté sur la nécessité de la vigilance de son propre cœur et de la dévotion envers la Sainte Vierge Marie, parties intégrantes de la spiritualité sacerdotale. « Celui qui oublie Marie est un orphelin », a déclaré le Saint-Père. Un séminariste d’origine chinoise lui a demandé des conseils afin de mieux édifier la vie communautaire. Le Pape en a relevé deux : ne jamais parler derrière le dos d’un autre, mais au contraire dire les choses avec honnêteté à l’intéressé ou à l’autorité compétente et prier pour les membres de la communauté avec lesquels on a le plus de difficulté. « Cela m’a beaucoup interpellé – a commenté le frère Victor Hugo Jimenez, LC – de voir comme le Pape nous a encouragés à ne jamais parler des autres dans leur dos. Par cela, le Pape nous rappelle que la vie en communauté est bien plus qu’une société humaine. Nous sommes des frères qui prions pour ceux qui ont des difficultés et nous essayons de faire de la charité notre règle de vie ».

Un aspect sur lequel le Pape est revenu fréquemment a été celui de la nécessité du service et de l’humilité. Ces éléments constituent le véritable leadership de la vie sacerdotale. « Cela m’a grandement aidé, dit le père Alejandro Ortega, LC, d’entendre le Pape définir le leadership sacerdotal par le terme de « service ». On peut avoir toutes les qualités humaines, mais si elles ne deviennent pas service, elles ne portent pas. Et ce service, à son tour, signifie la proximité efficace du bon pasteur, qui « pousse », guide et accompagne les gens ».

Le Saint-Père a souligné qu’ en vertu de sa vocation, le prêtre a besoin d’être une personne disponible et disposée à sortir à la rencontre des autres et compatir aux nécessités et misères des autres. A ce sujet, le frère Fernando de Souza a précisé : « Une des choses qui a le plus attiré mon attention a été l’insistance du Pape sur le thème du service. Personnellement cela m’éclaire de voir que ce que conseille le Pape, il le reflète dans sa personne. Il est venu nous rencontrer après avoir reçu un groupe d’évêques mexicains en visite « ad limina » et il est resté plus d’une heure avec nous. Il était ici réellement pour servir ! »

En réponse à l’une des questions, le Saint-Père a également déclaré, relate le frère Miguel Subirachs, que l’idéal était de terminer sa journée fatigué, et je me suis rappelé mes premiers mois de noviciat lorsque j’arrivais sur mon lit exténué de fatigue. Un jour, j’étais allé voir mon instructeur et le lui avais dit ; il m’avait répondu que c’était le signe qu’on avait accompli sa mission. Depuis ce jour-là, cette phrase m’a accompagné bien des soirs à l’heure de me coucher. Je dois ajouter que le Pape a insisté sur le fait que cela devait être une « bonne » fatigue, pas liée à une imprudence, parce que cela peut avoir de lourdes conséquences. D’ailleurs, le Pape nous a expliqué le déroulement d’une de ses journées « ordinaires » et je me suis rendu compte comme la prière y tenait une grande place. Il a plaisanté en disant que le Cardinal Sandri dirait qu’il ne suivait pas son emploi du temps et avec simplicité il a reconnu qu’il ne pouvait pas toujours le suivre à cause de cas de force majeure ou même par imprudence dans son organisation, mais c’est un idéal à rechercher ».

Le père Alfonso Lopez, LC, fait le commentaire suivant : « Le Pape a abordé le thème de l’amitié sacerdotale après avoir parlé un peu de la ‘mystique de la rencontre’. Avec un grand réalisme, il a noté que tous ne peuvent être amis de la même façon, mais quelle belle chose quand plusieurs frères prêtres se rencontrent et vivent une véritable amitié ! Le Saint-Père est un exemple vivant de cette ‘amitié sacerdotale’ dont il nous a parlé ». Le frère Stephen Howe a également ajouté : « Le Saint-Père nous a invités plus d’une fois à profiter des fins de semaine pour faire de l’apostolat. Je crois que cela a été un bon message pour nous alors que nous croissons dans notre élan missionnaire ».

Quelques frères et pères ont pu brièvement saluer le Saint-Père qui est venu au centre de la salle à la fin de la séance de questions. « Je pensais que je ne pourrais pas le saluer car je suis de petite taille et deux gardes m’empêchaient de m’approcher. Mais à un moment mon regard a croisé celui du Pape et j’ai spontanément déclaré que je serai ordonné diacre dans un mois et demi. Il s’est arrêté et m’a demandé : « D’où venez-vous ? ». J’ai répondu: « de Colombie » et je lui ai ensuite demandé : « Puis-je vous embrasser ? » Il a étendu les bras, je me suis alors approché et l’ai embrassé très fort. Je peux dire que je me suis senti profondément aimé et compris durant ces quelques secondes qu’a duré l’accolade. Ensuite, lui prenant les mains, je l’ai remercié pour tout son travail et je lui ai dit que je priais et faisais des sacrifices pour lui. Il m’a remercié d’un sourire avec un regard qui m’a pénétré l’âme. Il s’est éloigné. Je lui ai dit que j’avais travaillé quatre ans en Argentine et il m’a à nouveau regardé en souriant » déclara le frère Mauricio Ruiz, LC

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Légionnaires du Christ