Vous êtes ici

Accueil

Le Père Héctor Guerra, prêtre légionnaire du Christ dans la période de fondation (1953-2015)

Mis à jour le 13 mars 2016 à 20:50Publié le 13 mars 2016 à 20:50

Le P. Héctor Guerra, né au Mexique en 1953, est décédé le 11 décembre 2015 à Madrid après une longue période de maladie. Il a été provincial en Europe, et plus particulièrement en France de 1988 à 2008. Sa vie terrestre s’achève à 62 ans, dont 35 de sacerdoce.

Le P. Guerra a entendu un appel très tôt et il est entré au petit séminaire (« école apostolique ») des légionnaires du Christ, puis au noviciat, à tout juste 16 ans. Après une formation en lettres classiques (« humanités ») à Salamanque, il a suivi des études de philosophie et a prononcé ses vœux définitifs en 1974. Il a montré un intérêt tout particulier pour le domaine intellectuel ; la revue du séminaire de l’époque a publié un travail d’analyse sur le décret conciliaire Inter Mirifica, qu’il a intitulé « Valeurs et contre-valeurs des moyens de communication ». Il a obtenu une licence canonique (master) en philosophie à l’Université Grégorienne de Rome, avec une spécialité en philosophie marxiste, puis il a effectué son stage apostolique (1976-1980) comme assistant du recteur du séminaire de la congrégation à Rome.

Après son diplôme de théologie, il a été ordonné prêtre par le Cal Eduardo Pironio, Préfet de la Congrégation pour les Religieux, le 3 janvier 1981, et a été envoyé en mission à Salamanque comme assistant du maître des novices (1981-1987). En 1988, il devient provincial de la congrégation et du mouvement Regnum Christi pour l’ensemble de l’Europe. À cette époque, la congrégation possède quatre maisons en Espagne, trois en Italie, une en Irlande et des lieux de présence provisoires, rattachés aux maisons des autres pays, en Allemagne et en France.

Les religieux qui l’ont eu comme provincial témoignent que le P. Guerra était régulièrement à leur disposition pour parler. Il suivait personnellement la vie des maisons pour contribuer à consolider les habitudes de vie religieuse et il accompagnait le développement des œuvres d’apostolat. Dans les années 90 et 2000, il a encouragé de nombreux nouveaux apostolats, dans la dynamique de la nouvelle évangélisation lancée par Paul VI et Jean-Paul II.

Sous son mandat de provincial d’Europe, en particulier après le Chapitre Général de 1992, la congrégation a ouvert dans cette province des noviciats en Allemagne et en Italie, des petits séminaires en France et en Italie, l’université Francisco de Vitoria à Madrid et plusieurs autres écoles en Espagne et d’autres maisons en France, en Pologne et en Autriche.

Un extrait d’une conférence de 1992 reflète l’intérêt qu’il portait au développement apostolique : « Il y a certainement du zèle, mais il manque (dans la congrégation) une conscience suffisante de la crise qui se trouve dans l’Église ; il faut cette recherche de conquête des âmes, cette recherche de croissance du Règne du Christ. Ce zèle d’esprit de conquête, qui est précisément le caractère propre de notre charisme, naît de l’expression et de la prolongation de notre amour du Christ, ce qui est particulièrement nécessaire dans les circonstances actuelles dans le monde et l’Église ».

Le P. Guerra invitait ceux qui recevaient l’habit légionnaire à réaliser une réelle expérience du Christ au noviciat afin d’être ensuite capables de contribuer à l’évangélisation en Europe et d’apporter la Parole de Dieu à tous les hommes. Il exhortait ceux qui prononçaient leurs vœux à prendre conscience de l’appel de Dieu à la congrégation et à être fidèles aux engagements qu’ils allaient assumer. Dans ses visites aux maisons, il cherchait à raviver l’ardeur missionnaire et présentait aux religieux les progrès de la congrégation des légionnaires du Christ et du mouvement Regnum Christi en détaillant longuement toutes les activités apostoliques qui se développaient. Il cherchait à comprendre la complexité de la situation du continent européen, à partir de son expérience au sein de la congrégation.

Une consacrée, Rocio Caballero, a témoigné dans le livre de condoléances : « Le P. Guerra m’a beaucoup aidée dans mon processus de discernement et la décision de ma vocation de consacrée de Regnum Christi. J’ai été particulièrement touchée par sa façon de prêcher l’amour du Christ, toujours avec passion et ardeur. Je garde envers lui une affection particulière et une reconnaissance très spéciale ».

En 2001, il a participé au colloque « Témoins et serviteurs de l’espérance », organisé par l’Athénée Pontifical Regina Apostolorum sous le patronage de la Congrégation des Évêques, et il est intervenu sur le thème de la pastorale des vocations.

En 2006, le P. Guerra a démarré la fondation du Mouvement en Côte d’Ivoire, en accompagnant de près les initiatives des premiers membres laïcs de Regnum Christi et en soutenant la formation de prêtres diocésains en lien avec le Mouvement.

Chargé de mission au Centre Notre-Dame à Jérusalem, près du Saint-Sépulcre, il a mis en place à partir de cette même année une exposition permanente sur le Linceul de Turin dans le but d’inviter les pèlerins à approfondir l’expérience de la Passion et de la Résurrection de Jésus. Cette initiative a connu un grand succès et il l’a reproduite en huit autres endroits en Europe et en Amérique : l’Athénée Pontifical Regina Apostolorum de Rome, le sanctuaire national Notre-Dame de Guadalupe à Sacramento (Californie, États-Unis), le Shopping Palladium, plus grand centre commercial de Curitiba (Brésil) ; l’église Saint-Jean et Saint-Pierre à Estoril (Portugal) ; la cathédrale Saint-Jean à Den Bosch (Pays-Bas) ; le sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie, l’Université Ana̒huac del Norte à Mexico.

En 2008, il a été élu président de l’association Othonia, destinée à la sauvegarde, la promotion et la diffusion des connaissances relatives au Linceul de Turin (science, culture, histoire et religion). En 2010, il est entré au comité scientifique d’études sur le Linceul de l’Athénée Pontifical Regina Apostolorum, du Centre international de Sindonologie de Turin, de STOQ (Sciences, théologie et recherche ontologique) et de la fondation John Templeton.

Au cœur de la forte expansion de la congrégation et du mouvement Regnum Christi en Europe dans les années 90 et au début des années 2000, le P. Guerra a dû faire face à des situations difficiles. Nous, légionnaires du Christ - et notamment le P. Guerra, en tant que provincial - n’avons pas toujours su gérer au mieux les défis qui se présentaient ; des religieux de la congrégation, des consacrées et laïcs du mouvement, ainsi que des personnes extérieures à la congrégation, en ont souffert. Par ailleurs, la recherche d’inculturation dans les pays européens de fondation nouvelle pour la congrégation a avancé avec certaines difficultés, entre autres de par la réticence à écouter les remarques de certains évêques de ces pays.

Proche du fondateur pendant ses années de provincial, le P. Guerra a dû être particulièrement blessé des révélations sur la double vie de ce dernier.

À la fin de sa mission de provincial, le P. Guerra a repris des études et il a défendu en 2009 un doctorat en théologie à l’Athénée Pontifical Regina Apostolorum sur le thème « L’homme au seuil du nouveau millénaire selon Jean-Paul II ». La thèse a été publiée l’année suivante par la maison d’éditions espagnole Voz de Papel sous le titre « Jean-Paul II face au défi du nouveau millénaire. Les défis pour l’homme et la société ».

Par la suite, il a coécrit en espagnol avec un autre père légionnaire, le P. Juan Pablo Ledesma, plusieurs ouvrages sur des thèmes importants dans la spiritualité de la congrégation : Il vit et il crut. L’expérience du Christ Ressuscité en Terre Sainte (2009, non traduit), Venez et vous verrez (2009, préfacé par le Cal Antonio Cañizares), Je suis ta Mère. L’amour filial et l’amitié avec Marie (2010), Aimez-vous comme je vous ai aimés. La charité, âme du christianisme (2011), Le Christ, notre Pâque (2012), La Plénitude de l’amour (2013), L’Amour est plus fort. Anthologie de textes et conférences du père A̒lvaro Corcuera (2015). Le livre Venez et vous verrez est paru en français en 2010 aux Éditions des Béatitudes.

Le P. Fernando Pascual, professeur de philosophie à Rome, a exprimé sa reconnaissance « pour sa fidélité au Christ, son amour de la congrégation, son esprit d’initiative continuel, sa disponibilité à accueillir et écouter ses frères. Je lui suis également reconnaissant d’avoir lancé le bureau de presse au Centre des Études, à Rome, présent depuis 1991, ce qui a permis à certains d’entre nous de nous tourner vers l’apostolat de la plume ».

De 2011 à 2014, le P. Guerra a dirigé l’Institut Sacerdos et, notamment, la session internationale pour les formateurs de séminaires de 2012 à 2014.

En 2013 il a organisé au Vatican la conférence vidéo mondiale « TEDx Via della Conciliazione » sur la liberté religieuse aujourd’hui. Des conférenciers de niveau international y ont participé. Un de ses collaborateurs dans ce projet, le P. Sergio Salcido, évoque qu’il a été « impressionné de sa vision et de ses vastes horizons pour évangéliser le monde et les hommes avec des initiatives d’impact, d’actions pour convaincre des leaders en faveur de la société et des personnes ». En 2014, il a organisé sous le patronage du Conseil Pontifical pour les Laïcs, avec l’Université Européenne de Rome, l’association ABC thinking et le Centre sportif italien le colloque « Le sport, bien plus qu’un loisir », avec des champions olympiques et des athlètes internationaux.

Le père Guillermo Meade évoque ainsi son témoignage : « J’ai toujours été impressionné par son infatigable zèle apostolique, sa foi et sa magnanimité. Il pensait toujours en grand, parce qu’il croyait que Dieu veut et peut faire de grandes choses si nous nous y associons avec humilité. Quand il a appris qu’il était malade, il en a informé peu de monde, il me l’a confié aussi, mais nous demandant de ne pas en parler. Il a continué pendant plusieurs années à lutter et à travailler comme si de rien n’était, prenant de nouvelles initiatives et pensant peu à lui-même et beaucoup au Règne. Il me disait souvent ‘nous sommes entre les mains de Dieu’ ».

Selon le supérieur général de la congrégation, qui lui a rendu visite le 20 novembre dernier, il savait « qu’il ne fêterait pas Noël ici-bas ».

Le quotidien espagnol La Razón a publié un article de condoléances le qualifiant de « visionnaire du dialogue ».

Comme pour nous tous, la vie du Père Guerra a été jalonnée de grandes réussites et d’erreurs. Nous le confions à la miséricorde du Seigneur qu’il a servi sincèrement. Il est parti au troisième jour du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde et à la veille de la fête de Notre-Dame de Guadalupe, chère au peuple mexicain. Décédé à Madrid, il a été inhumé selon la coutume espagnole sans attendre, le 12 décembre, au cimetière Almudena de Madrid. Qu’il repose en paix.

P. Thomas Brenti, LC

(d’après une chronique et un recueil de témoignages paru dans le journal interne de la congrégation)

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Légionnaires du Christ