Vous êtes ici

Accueil

« Je veux voir Dieu » - Réflexions sur la prière

Mis à jour le 20 janvier 2015 à 22:47Publié le 10 janvier 2015 à 13:49

Les principaux thèmes abordés dans le livre « Je veux voir Dieu » du père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus.

Les conférences reçues lors de trois jours de formation des consacrées de notre province sur les principaux thèmes abordés dans le livre ont offert une vision générale de « Je veux voir Dieu », afin que chacune des participantes puisse ensuite explorer ses intérêts particuliers. En suivant la structure des sept demeures de la vie spirituelle selon Sainte Thérèse d’Avila, le père Marie-Eugène entrelace sa synthèse d’éléments-clés tels que : la présence de Dieu, l’importance de la connaissance de soi, la prière comme moyen de locomotion du chercheur de Dieu, Jésus le guide divin qui nous accompagne, l’ascèse thérésienne ou la partie que nous devons assumer, le démon un acteur que nous ne pouvons oublier, et la croissance spirituelle : panneaux indicateurs et liberté de Dieu.

Le père François-Régis a ensuite expliqué les différentes sortes de prières : la prière vocale, la prière liturgique, la lecture méditée, la méditation et l’oraison de recueillement. Il faut d’abord rappeler qu’il n’y a pas de rivalités entre elles ! Ce qui importe, c’est l’intériorisation. Dieu nous dit en effet : « Écoute, Israël ». Il nous appelle en premier à ce dialogue d’amour. Notre mission fondamentale est écouter et transmettre. Le but de la prière, peu importe la forme qu’elle prenne, est de nous transformer progressivement en ce que nous sommes déjà : enfants de Dieu.
Le cœur de cette conférence a ensuite porté sur ce qu’est la contemplation, en la comparant avec la méditation. Nous pouvons en effet être habitués à méditer, et peu à contempler.

La méditation est une recherche, dans laquelle nous souhaitons comprendre le pourquoi et le comment de la vie chrétienne (cf. Catéchisme de l’Église Catholique, numéros 2707 et 2708). Cependant, la prière doit aller plus loin. De la connaissance de l’Amour du Seigneur, il faut arriver à l’union avec lui. Ce qui est important, c’est la rencontre avec Dieu. Si nous méditons tout le temps, nous rencontrerons nos idées. Or, la prière est une rencontre vivante avec le Dieu vivant. La méditation est un trampoline pour l’acte de foi qui touche Dieu, qui entre en contact avec lui.

Sainte Thérèse d’Avila disait qu’« il ne s’agit pas de penser beaucoup, mais de beaucoup aimer. » Pour elle, l’eau vive se trouve donc dans la contemplation.

Cela ne signifie pas être passif, au contraire. Notre activité dans la prière ne doit pas remplacer celle de Dieu ; elle doit l’accueillir. Il s’agit de réveiller la foi, de veiller activement pour elle. Un dialogue n’a pas toujours lieu, mais l’acte de foi touche Dieu…comme la femme de l’Évangile qui avait des pertes de sang et qui a touché le cœur de Jésus par sa foi.

La contemplation n’est pas égoïste. Elle nous fait voir les choses à la lumière de Dieu, dans notre intelligence et notre cœur.
De plus, cette prière nous pousse à l’action. Le regard du Christ sur les autres et le monde transforme notre perception des choses et des évènements. C’est une connaissance interne du Seigneur pour l’aimer et le suivre. Nous recherchons le fait que Dieu nous possède totalement. Il nous ajuste à ses propres desseins, et non aux nôtres.

Cependant, il faut éviter de compliquer la contemplation ! C’est l’Esprit qui transforme notre prière. Dieu me regarde avec amour, et je le regarde avec la foi, l’espérance et l’amour qu’il me donne.
La prière du regard simple est déjà une forme de contemplation active ; c’est un regard général sur le mystère. C’est un regard de foi silencieuse, efficace et persévérante. De l’obscurité du mystère surgit, grâce aux dons de l’Esprit Saint, une « clarté confuse ». C’est une attention amoureuse, calme et paisible dans laquelle on savoure le mystère. La contemplation procède de l’amour, progresse au pas de l’amour, et trouve sa perfection dans l’union réalisée par amour.

Lorsque Dieu nous invite à la contemplation, nous avons du mal à méditer comme avant. Ce qui nous abreuvait nous laisse une sensation de sécheresse. Les discours se font rares et les sens paraissent éteints. Cela peut nous attrister car nous avons l’impression de ne pas servir Dieu, ou que nous régressons. Cependant, ce n’est pas de la tiédeur, c’est une purification de notre goût. Ce qui nous attire alors, c’est d’être seul à seul avec Dieu, amoureusement, sans considération particulière.

Ceci dit, ces moments sont habituellement de courte durée. Ce qui est habituel, c’est la vie ordinaire de la prière. Il peut aussi exister des moments de mélange. Comment savoir que faire alors ? Ce qui t’aide le plus à aimer, c’est ce que tu dois faire. Si sainte Thérèse d’Avila utilisait un livre, elle le laissait de côté lorsqu’elle trouvait une phrase qui réveillait son amour pour Jésus.
Il faut enfin éviter un danger : celui de se regarder soi-même, de se fixer sur nos faveurs intérieures, au lieu de maintenir notre regard sur Dieu.

Si nous expérimentons de nombreuses distractions, évitons de convertir nos problèmes en réflexion, et offrons-les plutôt au Seigneur. Si c’est la seule chose qui nous vient à l’esprit, alors exprimons-le simplement à Dieu. Cela nous permettra d’intercéder pour les personnes impliquées, et faire grandir en nous la charité et l’intérêt réel pour les autres. Car après tout, c’est aussi une prière que d’aimer en actes.

Mélanie Duriez, consacrée de Regnum Christi

Deux membres de l’Institut Séculier Notre-Dame de vie (fondé par le père Marie-Eugène) ont fait le déplacement depuis Venasque, en Provence.
Le père François-Régis Wilhélem est professeur de théologie morale et de spiritualité. En 2000, la conférence épiscopale française l’a nommé théologien des groupes de renouveau charismatique. Il prêche également de nombreuses retraites et est l’auteur de plusieurs livres.

Teresa Martin est laïque consacrée. Elle est docteur en philologie française et fut professeur pendant plus de trente ans en Espagne, France et Philippines. Elle est actuellement responsable de la section « adultes » du centre spirituel de Notre-Dame de Vie et la bibliothécaire de cet Institut.

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Vie spirituelle