Vous êtes ici

Accueil

Fête du Sacré-Cœur à Paris et Bordeaux

Mis à jour le 07 août 2015 à 16:10Publié le 08 juillet 2015 à 17:02

Le week-end de la solennité du Sacré-Cœur, membres et amis de Regnum Christi se sont réunis à Paris et à Bordeaux pour prier et célébrer ensemble cette grande fête qui marque également le début du 75e jubilé de Regnum Christi auquel le P. Eduardo Robles-Gil, supérieur général, avait invité.

Fête à la paroisse du Sacré-Cœur de Bordeaux

La paroisse du Sacré-Cœur a célébré la solennité de la fête du Sacré-Cœur, signe de la vie consacrée, avec les membres de Regnum Christi. Les maîtres mots étaient « Joie, jaune, jeux ».

Joie : le Saint-Père exhorte les consacrés en cette année qui leur est dédiée à rayonner de la joie de suivre Jésus.
Jeux : une première année d'engagement de Regnum Christi à la paroisse du Sacré-Cœur s'est terminée et nous avons rendu grâce en cette journée conviviale.
Jaune : c’est la couleur du Vatican et... il fallait trouver un troisième J.

L'Heure Sainte du jeudi soir, veille de la solennité, était dédiée tout particulièrement au Sacré-Cœur, selon la demande de Jésus à sainte Marguerite-Marie.

Monseigneur Dognin, évêque auxiliaire de Bordeaux nommé quelques jours auparavant au diocèse de Quimper, est venu présider l'Eucharistie le samedi après-midi. Il nous a invités à puiser à l'amour du Cœur de Jésus et a terminé la messe en exprimant sa satisfaction de cette première année de présence des pères légionnaires au sein de la paroisse.

Les jeux du dîner convivial qui a suivi tournaient autour du thème de la vie consacrée et ils ont été l'occasion pour plusieurs paroissiens de faire plus ample connaissance.

P. Thomas Brenti, curé

Solennité du Sacré-Cœur à Paris

Le vendredi 12 juin, avec l’Église tout entière, la communauté des consacrées a célébré la solennité du Sacré-Cœur. Nous y avions invité quelques-uns de nos amis, quelques paroissiens de Saint-Pierre-de-Chaillot, et quelques membres de notre famille spirituelle de Regnum Christi. Ils étaient invités à un moment d’adoration dans la journée, puis à la célébration eucharistique à 19 heures, suivie d’un dîner convivial dans le jardin de la communauté.

Au cours de l’homélie, le père Jaroslav nous a rappelé différents miracles eucharistiques marquants et, en particulier celui de Buenos Aires, le 18 septembre 1996, alors que l’actuel pape François y était évêque auxiliaire du cardinal Quarracino.

Une hostie souillée et irrécupérable avait été découverte au fond de l’église après la communion. Après l’avoir ramassée, le prêtre l’avait mise dans un petit vase d’eau qu’il avait déposé dans le tabernacle afin qu’elle se dissolve et que la présence réelle disparaisse en même temps. Mais huit jours plus tard, l'hostie était devenue un fragment de chair. En 1999, informé de ce miracle, Mgr Bergoglio avait demandé que des photographies en soient faites et que l’hostie soit gardée en un lieu secret afin que l’affaire ne soit pas ébruitée.
Après plusieurs années, alors qu’aucun changement positif ou négatif n’était visible, Mgr Bergoglio en a autorisé les analyses scientifiques. L’un des membres de l’équipe scientifique, cardiologue et pathologiste médico-légal, a déclaré qu’il s’agissait « d’un fragment du muscle cardiaque en état d’inflammation et vivant au moment du prélèvement et qu’il présentait aussi une grande quantité de globules blancs qui avaient pénétré les tissus comme si le propriétaire avait été battu au niveau de la poitrine ».

Donc, concluait le père Jaroslav, ce fragment d’hostie consacré est là pour témoigner de la Passion et de la mort du Christ qui se donne en nourriture à nos vies de croyants. Quand nous contemplons et adorons le Cœur du Christ présent dans cet admirable sacrement, nous contemplons et adorons ce Cœur qui a tant aimé les hommes.

Membres de Regnum Christi, notre charisme est centré sur ce Cœur qui traduit l’amour rédempteur à l’origine du salut, de notre salut à nous et à l’origine de l’Église. Devant le Saint Sacrement, essayons de rencontrer le Cœur transpercé d’où jaillissent l’eau et le sang. Remettons-nous en mémoire cet amour : sa bonté compatissante pour tous ; son amour de prédilection pour les petits, les malades, les affligés. Contemplons son cœur brûlant d’amour pour son Père, dans la plénitude du Saint-Esprit.

Le Christ vivant nous aime et nous présente son cœur comme la source de notre rédemption : à chaque instant le monde entier, l’humanité tout entière et chacun de nous en particulier, est enveloppé dans l’amour de ce cœur « qui a tant aimé les hommes et qui en est si peu aimé » comme il le confiait à sainte Marguerite Alacoque, à Paray-le monial, en 1675.

L’Eucharistie n’est pas seulement Jésus vivant parmi nous, mais c’est Jésus vivant qui se fait notre nourriture, comme l’explique saint Jean qui reprend la promesse du Christ disant à ses disciples : « qui mange de ce pain et boit de ce vin, a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour ! ».

Ce Cœur que nous adorons c’est la preuve d’un amour unique, insurpassable et infiniment miséricordieux, un amour adapté à notre nature de créatures fragiles et faibles. En s’incarnant, Dieu s’est penché sur notre misère pour la soulager, pour la racheter et l’élever jusqu’à lui. Parfois, en voulant excuser ou expliquer le comportement de quelqu’un qui nous étonne et qu’on ne comprend pas, on dit « à sa place, moi, j’aurais fait ceci ou cela ».
En s’incarnant, c’est Dieu qui a voulu se mettre à notre place, il s’est fait homme pour renouer l’alliance que nous avions rompue et nous permettre d’accéder à la vie éternelle à laquelle nous sommes destinés de toute éternité.

Cécile Beaure d’Augères, consacrée

Mots-clés: Regnum Christi, Actualité

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Regnum Christi