Vous êtes ici

Accueil

« Découvrir ce prêtre qui se donne sans réserve m’a profondément touché »

Mis à jour le 05 janvier 2017 à 21:06Publié le 17 décembre 2016 à 22:03

Le frère Xavier Kerrand est né en 1987 à Rennes. Issu d’une famille nombreuse – six frères et sœurs dont trois mariés et un petit frère séminariste au sein de l’Institut du Christ-Roi – il est entré dans la congrégation après avoir fait partie de l'ECyD et Regnum Christi Jeunes. Le frère Xavier suit actuellement des études de philosophie au séminaire à Rome. Il nous livre ici son témoignage vocationnel.

Pour parler de la vocation, je dois remonter à mes 11 ans. À l’époque je faisais partie d’une troupe de scouts, mais je voulais en sortir. Je ne m’y sentais pas à l’aise, j’avais besoin de quelque chose de plus. C’était donc un souhait.

Peu de temps après, un ami m’a invité à un week-end à Angers : une fin de semaine avec un père. J’y suis allé par curiosité. Un nouveau mouvement, des pères « cool » pour les jeunes, etc. C’était le P. Gonzalo Monzón. Ce premier week-end m’a plu et j’y suis retourné plusieurs fois jusqu’à participer à mon premier camp d’été en Espagne.

Par la suite j’ai parcouru les différentes étapes de l’ECyD. J’ai aussi fait partie du groupe de jeunes de Regnum Christi, toujours en Bretagne à Rennes. J’étais responsable de groupe. Une belle expérience qui a duré plusieurs années. Je n’étais plus seulement un jeune qui recevait de la part des formateurs, je recevais mais aussi je donnais. Il y a une grande différence ; ce n’était plus une attitude passive mais active. C’est le moment où les germes de la vocation chrétienne ont vraiment commencé à éclore, et donc aussi les germes de la vocation sacerdotale.

Le désir vocationnel, d’une certaine manière, était présent. D’un côté la personne qui était derrière l’autel m’attirait. La figure du prêtre dispensant les sacrements est riche de signification. Le témoignage d’un prêtre qui aime ce qu’il fait se perçoit beaucoup dans sa manière de célébrer la messe. Et cela m’a particulièrement touché car en découvrant ce témoignage je me disais que moi-même j’aimerais faire de même. D’autre part, les pères que je côtoyais, comme le P. Monzón, étaient remplis de zèle apostolique. Cet aspect du prêtre qui se donne sans réserve, qui accomplit tout ce qui est nécessaire pour la formation des jeunes, m’a profondément touché.

Au début de mes années d’études d’ingénieur industriel, j’ai laissé de côté l’aspect vocationnel et me suis concentré sur mes études, les relations sociales, etc. C’est au troisième semestre que j’ai sensiblement découvert et avec évidence l’appel du Seigneur à le suivre. Après un semestre de discernement, je suis rentré au noviciat en Italie. Nous étions alors en 2007.

Par la suite, j’ai suivi un an d’études humanistes à Salamanque en Espagne. En 2010 j’ai commencé le premier cycle de philosophie à Rome pour deux ans avant que mes supérieurs ne décident de m’envoyer pour trois ans au Mexique. J’y étais comme instructeur de formation pour des jeunes de primaire. Je m’occupais en plus de l’ECyD et de bien d’autres activités.

En 2015 je suis revenu à Rome pour continuer mes études, spécialement le master en philosophie que je suis en train de terminer. En octobre 2017 je commencerai donc pour trois ans le premier cycle de théologie. Si Dieu le veut et avec l’aide de vos prières, je serai ordonné en 2020.

Mots-clés: Actualité