Vous êtes ici

Accueil

Accusations de délits graves commis par des légionnaires du Christ

Mis à jour le 15 mai 2012 à 11:53Publié le 11 mai 2012 à 19:22

La Légion traite toutes les accusations et agit selon les normes civiles et canoniques

Dans les dernières années et dans les différents pays, les supérieurs majeurs de la Légion du Christ ont reçu des accusations d’actions immorales graves et de « delicta graviora » commis par quelques légionnaires du Christ.

La Légion du Christ a pris la décision ferme de traiter et d’examiner toutes les accusations qui lui sont présentées, en allant à la rencontre des possibles victimes et en respectant toujours les droits de toutes les personnes impliquées.

Quand un directeur territorial ou le directeur général reçoit un signalement de ce genre ou quand il existe des soupçons fondés, on suit les lois civiles en vigueur, selon les pays et, dans la mesure où les autorités civiles le permettent, on ouvre aussi une instruction interne préliminaire pour chaque cas (cf. numéro 1717 du droit canonique, §1). Aux États-Unis, quand l’accusation se rapporte à des mineurs, on le fait en accord avec les critères de l’institut indépendant de reconnaissance Praesidium (www.praesidiuminc.com).

Si l’instruction interne conclut que l’accusation est vraisemblable et s’il s’agit de « delicta graviora », en accord avec les normes canoniques en vigueur, on remet le cas à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF) pour que ce dicastère indique au Supérieur Majeur correspondant les démarches ultérieures à suivre.

Des accusations reçues par les Supérieurs Majeurs depuis que la responsabilité pour les cas d’abus de mineurs de la part de clercs a été assumée par la CDF, sept d’entre eux ont été considérés vraisemblables suite à l’instruction interne et la Légion les a remis à la CDF. Seulement un cas d’abus de mineurs de la part d’un prêtre se rapporte à des faits récents, les autres datent de plusieurs décennies.

La CDF a aussi reçu deux accusations formelles d’actes qui ne sont pas considérés des « delicta graviora ».

En outre, il y a eu des accusations de « delicta graviora » à des légionnaires du Christ qui, suite à l’instruction correspondante (civile ou canonique) ont été des déclarés innocents.

Pendant l’instruction des autorités civiles (le cas échéant) ou pendant l’instruction canonique préliminaire et pendant que le cas est étudié à la CDF, les directeurs territoriaux ou le directeur général ont appliqué des mesures de prudence en limitant le ministère sacerdotal de l’accusé, car la protection des enfants et des communautés est prioritaire pour la Congrégation, sans pour autant anticiper une détermination sur la culpabilité.

La Lettre Circulaire de la CDF Indications aux Conférences épiscopales dans la préparation des Lignes Directrices pour traiter les cas d’abus sexuel de mineurs par des clercs indique que « l’instruction sur les accusations doit être effectuée dans le respect du principe de confidentialité et de la bonne réputation des personnes ».

La Légion du Christ réaffirme son engagement de traiter rapidement les accusations de comportements immoraux graves, de « delicta graviora » et les violations à la discipline religieuse, en appliquant la procédure correspondante à chaque cas, en conformité avec les lois civiles, en observant rigoureusement les dispositions canoniques et en appliquant les admonestations et sanctions prescrites par le Droit canonique.

En outre, la congrégation confirme son engagement de continuer à favoriser et mettre en œuvre des ambiances sures pour les enfants et les jeunes, surtout par l’application des Codes de Conduite pour les légionnaires du Christ, les consacrés et les laïcs qui sont en contact avec des mineurs dans nos différentes institutions.

En outre, elle est en contact avec d’autres entités externes pour améliorer ses procédures et normes pour la prévention des abus. Elle suit aussi les réglementations civiles et ecclésiales des différents pays pour la protection des mineurs.

Comme l’écrivait le Saint-Père aux prêtres et religieux d’Irlande, « nous souffrons tous des conséquences et péchés de nos frères qui ont trahi une obligation sacrée ou n’ont pas affronté de manière juste et responsable le signalement des abus ». Nous invitons tous à respecter et à prier pour ceux-ci d’entre nos frères et surtout pour les personnes affectées.

Services par e-mail

Le site Regnum Christi vous offre un accompagnement au quotidien.

Actualités du même thème

Assemblées Générales de Regnum Christi, Chapitre Général des Légionnaires du Christ et processus de révision des statuts de Regnum Christi

Légionnaires du Christ