« Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël »

Mercredi 11 juillet 2018
Saint Benoît, abbé

Évangile selon saint Matthieu 10, 1-7

En ce temps-là, Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, nommé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote et Judas l’Iscariote, celui-là même qui le livra. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Seigneur Jésus, aide-moi à me mettre à ton écoute pendant ce temps de prière. Aide-moi à laisser de côté mes propres pensées pour écouter ce que tu veux me dire à travers ce passage de l’Évangile de l’appel des Douze. Aide-moi à faire silence en mon cœur afin de pouvoir écouter ta voix, douce et silencieuse, comme « le murmure d’une brise légère » (1 R 19, 12).

Demande

Demander à Jésus la grâce de le suivre où qu’il aille, de faire tout ce qu’il me demande, de le laisser agir quand il le désire.

Réflexion

1. Jésus choisit et envoie ses disciples. Il m’a choisi le jour de mon baptême, m’a appelé par mon nom, c’est d’ailleurs pour cela que nous recevons notre nom traditionnellement le jour de notre baptême. Il m’a choisi pour une raison bien particulière, pour un plan particulier. Il veut faire de grandes choses à travers chacun de nous, baptisés. Il a voulu avoir besoin de moi. N’aurait-il pourtant pas pu convertir tous les hommes d’un claquement de doigt, faire en un rien de temps que nous l’aimions et aimions son Père de tout notre cœur ? Il aurait pu, bien sûr, mais il a voulu choisir en tout la voie de l’humilité. Saint Louis-Marie s’émerveille de cette humilité de Jésus : « Cette sagesse infinie, qui avait un désir immense de glorifier Dieu son Père et de sauver les hommes, n'a point trouvé de moyen plus parfait et plus court pour le faire que de se soumettre en toutes choses à la très sainte Vierge, non seulement pendant les huit, dix ou quinze années premières de sa vie, comme les autres enfants, mais pendant trente ans ; et elle a donné plus de gloire à Dieu son Père, pendant tout ce temps de soumission ou de dépendance de la très sainte Vierge, qu'elle ne lui en eût donné en employant ces trente ans à faire des prodiges, à prêcher par toute la terre, à convertir tous les hommes. » (Traité de la vraie dévotion à la sainte Vierge Marie)

2. Jésus nous choisit tels que nous sommes. Si souvent, nous préférerions que Dieu fasse tout le travail, qu’il fasse de nous des saints et nous assure le paradis, qu’il nous épargne de devoir lutter contre nos penchants mauvais qui nous font nous énerver et perdre patience encore et toujours, nous préférer nous-mêmes à lui et aux autres sans cesse. Et encore plus préférerions-nous que Dieu lui-même transmette sa grâce aux autres. Mais aujourd’hui de nouveau, nous l’entendons dire dans l’Évangile: «Proclamez que le royaume des Cieux est tout proche». Et le pape François dans sa dernière exhortation apostolique insiste sur cette mission commune à tous les chrétiens avec une section entière intitulée Ta mission dans le Christ. En cela, il fait écho à Lumen Gentium qui déjà s’écriait: «Tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur condition et leur état de vie, sont appelés par Dieu, chacun dans sa route, à une sainteté dont la perfection est celle même du Père.»

3. Oui, Jésus nous envoie nous-mêmes tels que nous sommes, et ce n’est pas pour condamner son Église à la faillite, mais plutôt parce qu’il a choisi de nous faire participer à sa mission. « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jn 20, 21) Mais dans cette mission, nous savons que nous ne sommes pas seuls : c’est Dieu qui agit en nous : «Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ». (Mt 28, 20) Rappelons-nous les paroles de saint Paul aux Corinthiens «Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ; ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu. » (1 Cor 1, 27-29)

Dialogue avec le Christ

Le pape François, dans Gaudete et exsultate (23), nous invite : « Pour nous tous, c’est un rappel fort. Toi aussi, tu as besoin de percevoir la totalité de ta vie comme une mission. Essaie de le faire en écoutant Dieu dans la prière et en reconnaissant les signes qu’il te donne. Demande toujours à l’Esprit ce que Jésus attend de toi à chaque moment de ton existence et dans chaque choix que tu dois faire, pour discerner la place que cela occupe dans ta propre mission. Et permets-lui de forger en toi ce mystère personnel qui reflète Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui.» Jésus, en réponse à l’appel du pape, je veux te demander ce que tu veux que je fasse, aide-moi à être attentif à ta voix avant mes pensées lorsque je suis face à une décision.

Résolution

Parler à Jésus présent dans mon cœur pendant la journée, surtout lorsqu’il m’est difficile de prendre une décision particulière, ou de vivre selon ses commandements ; par exemple lorsque ne me viennent à la tête que les défauts de mon voisin, prier ainsi : Jésus, aide-moi à voir ses qualités et à t’aimer en cette personne.

Frère Loïc Chabut, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés